Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

Articles avec #usa

Trump nomme au gouvernement un shérif noir utra-réac aux méthodes musclées

18 Mai 2017, 09:03am

Publié par Nicolas Bretagne

Trump nomme au gouvernement un shérif noir utra-réac aux méthodes musclées

Le président américain Donald Trump a récompensé pour son soutien un shérif noir ultra-conservateur et très controversé, en le nommant à un poste clé du ministère de la Sécurité intérieure.

David Clarke, qui devient un des adjoints du secrétaire John Kelly, a annoncé mercredi sa promotion sur l’antenne d’une radio du Wisconsin, l’État de la région des grands lacs où il s’est rendu célèbre.

M. Clarke, au chapeau de cow-boy souvent vissé sur le crâne, s’est récemment retrouvé en difficulté car un homme souffrant de troubles mentaux est mort de « déshydratation aiguë » dans une prison de Milwaukee sous sa responsabilité. Ce détenu de 38 ans, jugé trop bruyant par les gardiens, avait eu l’eau volontairement coupée dans sa cellule durant sept jours.

Le scandale n’a pas empêché la promotion du shérif Clarke, qui a ardemment soutenu Donald Trump durant sa campagne présidentielle, recevant l’honneur de s’exprimer à la tribune de la convention d’investiture républicaine.

Ce Noir ultra-conservateur défend notamment une promesse emblématique du président: la construction d’un mur tout le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

David Clarke est aussi connu pour ses interventions sur Fox News ou à la tribune de la National Rifle Association (NRA), le premier lobby des armes américain. Il critique régulièrement Black Lives Matter, un mouvement d'extrémistes noirs.

Dans un tweet dénonçant la corruption généralisée supposée sous l’administration Obama, il avait estimé que le temps était venu de prendre « les fourches et les torches ».

Dans un autre message fin janvier, il avait appelé à passer à l’offensive face aux manifestants qui protestaient dans les aéroports contre le décret anti-immigration de Donald Trump.

 

Source : http://www.journaldemontreal.com

Voir les commentaires

Donald Trump déploie l’armée US en vue d’une offensive contre la capitale de l’État Islamique

11 Mars 2017, 08:36am

Publié par Nicolas Bretagne

Donald Trump déploie l’armée US en vue d’une offensive contre la capitale de l’État Islamique

Conformément à ce qu’il avait annoncé lors de sa campagne électorale, le Président Trump vient de lancer les préparatifs pour une vaste offensive contre Raqqa, la capitale de l’État Islamique.

Premier mouvement, 2.500 soldats de la 82e Division (aéroportée) est en cours d’acheminement vers le Koweït où les USA disposent de huit bases. C’est ce qu’indique l’Army Times qui précise que c’est la Deuxième Brigade de Combat de la division qui va rejoindre ce théâtre d’opération. Déjà 1.700 autres soldats de la 82e Division sont actifs en Irak et en Syrie.

Second mouvement, le 3ème bataillon du 75e régiment de rangers stationné à Fort Benning (Géorgie) s’est installé dans le nord de la Syrie, toujours en vue d’une offensive sur Raqqa .

Cette unité dédiée aux opérations spéciales peut se voir assigner la préparation du terrain pour une offensive en s’emparant de points stratégiques situés très profondément en territoire ennemi. Le « 3/75 » se voit traditionnellement assigner ce rôle en raison de sa présence à Fort Benning, à proximité du quartier général du régiment, tandis que les deux autres bataillons sont respectivement stationnés à Hunter Army Airfield (Géorgie) et Fort Lewis (Washington).

 

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Donald Trump veut 12 porte-avions et 350 navires pour sa marine

6 Mars 2017, 22:17pm

Publié par Nicolas Bretagne

Donald Trump souhaite que la flotte militaire américaine dispose de 12 porte-avions à l'avenir, conformément au voeu exprimé par la marine, C'est ce qu'il a déclaré jeudi lors d'une visite sur le nouveau porte-avions USS Gerald R. Ford.

Le président américain veut « reconstruire l'armée américaine » en augmentant substantiellement les dépenses militaires.

Il a déjà déclaré qu'il souhaitait une marine américaine à 350 navires et sous-marins dans les prochaines années, contre un objectif fixé à 310 navires par l'administration Obama, et un niveau actuel de 274 bateaux.

« Je viens de parler avec des responsables de la marine et de l'industrie, pour discuter de mes plans d'entreprendre une expansion majeure de notre flotte militaire, comprenant le 12e porte-avions dont nous avons besoin », a déclaré le président américain sur le USS Gerald R. Ford.

« Après des années de réduction des dépenses militaires qui ont affaibli nos défenses, je souhaite mener l'une des plus grandes augmentations des dépenses militaires de l'histoire », a souligné M. Trump.

 

Source : http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201703/02/01-5074934-trump-veut-12-porte-avions-pour-sa-marine.php

Voir les commentaires

Donald Trump met en place la préférence nationale aux États-Unis

18 Février 2017, 08:47am

Publié par Nicolas Bretagne

Donald Trump met en place la préférence nationale aux États-Unis

Chaque semaine, Donald Trump adresse un message télévisé aux Américains. Le style et le contenu sont loin de correspondre à l’image apocalyptique que donnent de Donald Trump les médias mainstream européens.

Donald Trump annonce clairement son intention d'appliquer la préférence nationale en faveur de ses compatriotes américains et de réindustrialiser le pays.

 

Source : http://www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Barack Obama prépare un coup d'État contre Donald Trump et son gouvernement

15 Février 2017, 20:11pm

Publié par Nicolas Bretagne

Barack Obama prépare un coup d'État contre Donald Trump et son gouvernement

Un mois seulement après l’entrée de Donald Trump à la Maison Blanche, un coup d’état est déjà lancé pour détruire le nouveau gouvernement américain. La démission précipitée de Michael Flynn, principal conseiller militaire du président, est le résultat d’une véritable révolution lancée par différentes factions et groupes d’intérêts, dont des agents gouvernementaux fidèles à Barack Obama.

Flynn s’était simplement entretenu par téléphone avec l’ambassadeur russe aux USA, peu avant l’entrée de Trump à la Maison Blanche, afin de discuter du futur des relations des deux pays. Ayant été accusé de s’être impliqué sur le champ de la diplomatie sans autorisation, Flynn a été violemment attaqué par les médias du système jusqu’à ce qu’il soit démis de ses fonctions.

Barack Hussein Obama, rompant avec la tradition, est toujours actif dans le débat politique et s’est établi à Washington. Une situation inédite dans l’histoire du pays.

En réalité, il a constitué un gouvernement parallèle, alimenté par d’innombrables relais à tous les niveaux de l’État américain.

Il est aussi occupé à mobiliser des dizaines de milliers d’agitateurs sur tout le territoire tandis que les médias dominants et de puissants intérêts financiers attaquent inlassablement la politique du nouveau président.

C’est ce qui explique l’agressivité de nombreuses célébrités de Hollywood ou du show business américain vis-à-vis de la nouvelle présidence. Mais aussi celle des grandes multinationales du pays. Des sénateurs républicains, connus pour leur appartenance au courant néo-conservateur, s’activent également à participer à ce coup d’État.

Il est probable que Barack Obama entende se représenter en 2020. Mais, plus encore, tente de renverser l’actuel président en le faisant démettre de ses fonctions.

Il s’agit bien d’empêcher le peuple américain de défendre ses intérêts et d’assurer la victoire des cercles financiers et militaires dont les intérêts sont situés à l’échelle globale. Le spectre de la guerre civile se précise.

 

Lire l'article complet : http://breizatao.com/2017/02/15/barack-obama-organise-le-renversement-du-nouveau-gouvernement-americain/

Voir les commentaires

Face au blocage de juges gauchistes, Donald Trump envisage un nouveau décret anti-immigration

12 Février 2017, 15:28pm

Publié par Nicolas Bretagne

Face au blocage de juges gauchistes, Donald Trump envisage un nouveau décret anti-immigration

Le président américain a affirmé vendredi qu'il envisageait plusieurs options pour relancer son décret anti-immigration actuellement bloqué par deux petits juges gauchistes, dont la présentation d'un "nouveau" texte. 

"L'aspect malheureux c'est que ça prend du temps statutairement [de saisir à nouveau la justice], mais nous gagnerons cette bataille. Nous avons aussi beaucoup d'autres options, y compris présenter simplement un tout nouveau décret", a déclaré le président aux journalistes qui l'accompagnaient à bord de l'avion présidentiel Air Force One.

Toutefois, selon des responsables américains, l'option de saisir à nouveau la justice, y compris la Cour suprême, plus haute instance judiciaire du pays, n'est pas abandonnée. "Nous gardons la porte ouverte à toutes les options", ont-ils déclaré.

Interrogé pour savoir s'il allait publier un nouveau décret, il a répondu : "Ça pourrait vraiment être le cas. Nous devons aller vite pour des raisons de sécurité, donc ça pourrait tout à fait être le cas"

"Nous allons aller très fort sur la sécurité", a-t-il dit. Donald Trump avait affirmé quelques heures auparavant lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche qu'il allait "poursuivre le processus judiciaire" et gagner.

 

Source : https://fr.news.yahoo.com/donald-trump-envisage-nouveau-d%C3%A9cret-072300155.html

Voir les commentaires

Guerre du gel migratoire : Trump gagne 20 millions d’électeurs supplémentaires

11 Février 2017, 08:44am

Publié par Nicolas Bretagne

Guerre du gel migratoire : Trump gagne 20 millions d’électeurs supplémentaires

Le 27 janvier 2017, le président Trump signe un décret présidentiel visant à temporairement geler l’admission sur le territoire américain des ressortissants de sept pays considérés par l’administration Obama et le Congrès comme des foyers de terrorisme. Objectif : mettre en place, avant réouverture des frontières, de nouvelles mesures de dépistage du terrorisme beaucoup plus contraignantes. Ce texte inclut également le gel, pour aussi longtemps que nécessaire, de l’admission de réfugiés, principalement syriens et irakiens, dont le « criblage » se faisait jusque-là par les Nations unies.

Or, deux semaines après, 77 % des 1.100 réfugiés admis sur le territoire proviennent des territoires suspects visés par le décret : soit le double des entrées des deux semaines précédentes…

Récapitulons : le gel temporaire présidentiel a été suivi par une explosion de manifestations « spontanées », soutenues par un quarteron de parlementaires démocrates. Tous déplorant que certains immigrants légaux, vivant aux États-Unis, s’étaient vu refuser l’entrée (ce qui fut rectifié immédiatement), ou que des malades trouvaient porte close.

Suivit une éruption d’activisme judiciaire : les États démocrates invoquèrent les dommages irréparables causés par le décret à leur économie comme au fonctionnement de leurs universités et exigèrent de surseoir à la mesure.

Cet argument fut rejeté par un juge de Boston, mais endossé par un juge de Seattle, qui ordonna le 3 février, en quinze minutes, de surseoir à l’application du décret sur l’ensemble du territoire américain, le temps d’en juger la constitutionnalité.

La Maison-Blanche a fait appel le lendemain, auprès de la cour californienne, dite du 9e district (connue pour avoir vu annuler, en douze ans, 85 % de ses décisions par la Cour suprême). Ses trois juges ont rendu leur jugement le 9 février : le gouvernement n’ayant pas fait la preuve de l’urgence à barrer l’entrée du territoire aux ressortissants des sept pays en question, il est probable qu’il n’a pas respecté les droits des personnes, et donc la justice doit suivre son cours sans qu’un gel soit justifié.

Ainsi, le choix judicieux des machines Soros et American Bridge 2020 ont fait usage de leur panoplie judiciaire (environ 50 procès lancés), permettant l’entrée d’un maximum de migrants avant que le président Trump n’ait pu obtenir gain de cause devant la Cour suprême. Divers juristes, tous invoquant une loi de 1952 visant la santé publique et la sécurité nationale, estiment pourtant que le président des États-Unis n’a pas à faire la preuve du risque terroriste, et les juges n’ont pas à juger du bien-fondé de sa politique étrangère ou de sa stratégie de sécurité nationale (domaines qui ont préséance sur toute considération visant la non-discrimination visée par une loi sur l’immigration de 1965).

Si la logique des juges se confirmait, cela signifierait que non seulement la politique étrangère et migratoire serait décidée par les tribunaux – non élus -, mais surtout que n’importe quel citoyen du monde, vivant hors des frontières américaines, serait automatiquement protégé par la Constitution américaine, l’immigration devenant pour eux un droit irrévocable. Chic !

Trump avait gagné avec 46 % des voix en novembre. Depuis l’affaire, 52 % à 55 % des Américains soutiennent son décret. Vingt millions de nouveaux électeurs potentiels…

 

André Archimbaud

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La ministre de la Justice juge le décret anti-immigration illégal, Trump la renvoie pour « trahison »

31 Janvier 2017, 14:24pm

Publié par Nicolas Bretagne

La ministre de la Justice juge le décret anti-immigration illégal, Trump la renvoie pour « trahison »

Sally Yates, qui officiait en tant que ministre de la Justice par intérim, a demandé ce lundi 30 janvier aux procureurs de ne pas défendre le décret anti-immigration pris par Donald Trump vendredi et l'a payé de son poste.

L'ancienne numéro deux du ministère sous l'administration Obama - qui avait pris la tête du ministère depuis le départ de l'ancien président, en attendant que le ministre proposé par Trump soit confirmé par le sénat - a été renvoyée quelques heures après avoir a mis en doute dans une note interne la légalité et la moralité de ce décret qui interdit temporairement l'entrée aux États-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane et à tous les réfugiés.

"Sally Yates a trahi le département de la Justice en refusant d'appliquer un décret destiné à protéger les citoyens des États-Unis. Le président Trump a relevé Mme Yates de ses fonctions", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué qui qualifie cette femme de 56 ans de "faible sur les frontières et très faible sur l'immigration illégale".

 

Source : http://www.huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

L’élection de Trump est aussi importante que la chute du mur de Berlin

27 Janvier 2017, 16:28pm

Publié par Nicolas Bretagne

L’élection de Trump est aussi importante que la chute du mur de Berlin

Le « mur de Berlin » symbolisait la chape de plomb que le communisme soviétique faisait peser sur la Russie, communisme dont la doctrine, paradoxalement, prônait un monde sans frontières.

L’espace Schengen des « Européens » qui voulaient s’affranchir desdites frontières a vu s’ériger dans les pays de l’Est des murs pour garantir leur nouvelle liberté retrouvée contre l’invasion migratoire.

Aux États-Unis, Donald Trump s’apprête à poursuivre l’œuvre de ses prédécesseurs (ses opposants « oublient » de préciser que c’est George Bush junior qui a initié le projet en 2006 !) en achevant le mur de séparation entre les États-Unis et le Mexique.

Ainsi, les frontières qui n’avaient pas besoin, autrefois, d’être délimitées par un mur pour être respectées réapparaissent comme autant de barrières bien concrètes contre l’utopie mondialiste, laquelle a succédé à l’utopie marxiste, « l’internationalisme » se muant en « mondialisation» et le « grand capital », cher aux imprécations de Georges Marchais, devenant un « gentil » mais sournois social-libéralisme apatride.

Dans cette grande confusion idéologique, l’Europe artificielle dite « de Bruxelles », « de Schengen », « de Maastricht » ou « de Lisbonne » s’est succédé à elle-même comme une couleuvre à avaler en boucle par les peuples européens ; ces derniers se sont retrouvés d’abord désemparés devant ce gigantesque hold-up ; puis ils ont commencé à prendre conscience de la situation grâce, principalement, aux réseaux sociaux qui ont révélé l’escroquerie.

Pour les anciens dissidents soviétiques, Zinoviev et Boukovsky, l’Union européenne ressemble désormais à l’Union soviétique avec ce que tout cela implique d’obsolète, de totalitaire, de sordide et d’anachronique, puisque le communisme a échoué partout dans le monde.

Pour nos amis dissidents, l’Ordre mondial est une « superstructure » basée aux USA, monstre froid échappant à toute personnalisation et à toute autorité, son seul but étant de « faire de l’argent », par tous moyens, en asservissant le monde. Le Système emploie, selon Zinoviev, une cinquantaine de millions de personnes dans le monde.

Nous, qui lui résistions, n’avions à lui opposer que nos traditions, notre histoire millénaire, notre spiritualité, notre sol et notre sang. Nous avions donc considéré que notre ennemi était, dans sa globalité, l’Amérique.

Et puis, patatras !

Voilà que, avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, nous prenons conscience qu’il existe un peuple américain qui nous ressemble, qui est confronté aux même casseurs que l’Ordre mondial a lancés de par le monde, qui détruisent notre cadre de vie, nos structures traditionnelles, nos âmes, la beauté du monde.

L’élection de Trump, sans préjuger de son action future, est aussi importante que la chute du mur de Berlin. Il y a désormais deux mondes qui s’affrontent : celui des peuples traditionnels sur leurs terres et les hordes sataniques de la décadence. Times are changing !

 

Pierre-Émile Blairon

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La Maison-Blanche va publier chaque semaine la liste des crimes commis par les immigrés

27 Janvier 2017, 16:19pm

Publié par Nicolas Bretagne

La Maison-Blanche va publier chaque semaine la liste des crimes commis par les immigrés

Donald Trump durcit le ton vis-à-vis des immigrés, comme il l'annonçait avant son investiture. Leurs crimes vont être inscrits sur une liste, réactualisée chaque semaine par la Maison-Blanche, d'après un décret signé mercredi, rapportent plusieurs sites américains. Les villes qui refusent d'expulser ces personnes seraient elles aussi pointées du doigt.

Réactualisée chaque semaine, la liste des crimes commis par les immigrés aux États-Unis sera rendue publique par le Secrétariat de Sécurité Intérieure et comportera également les noms des « villes-sanctuaires », qui refusent de faciliter l'expulsion des clandestins. Avant son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump avait promis d'expulser jusqu'à 11 millions d'immigrés clandestins.

 

Source : http://www.europe1.fr

Voir les commentaires

1 2 3 > >>