Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

Articles avec #synthese nationale

Sortie du n°45 de la revue « Synthèse Nationale »

27 Mars 2017, 13:56pm

Publié par Nicolas Bretagne

Sortie du n°45 de la revue « Synthèse Nationale »

Sommaire :

P 2 : Editorial Roland Hélie

P 7 : La démocratie manipulée Patrick Parment

P 12 : Macron, à éliminer sans état d’âme P. Parment

P 15 : Fillon, une carrière en dent de scie P. Parment

P 22 : Voter Marine Le Pen ? Pierre Vial

P 27 : Trump Un homme imprévisible Patrick Parment

P 41 : Entretien Europe Pacifique Fernando Saiech

P 47 : Comprendre le populisme Bernard Plouvier

P 51 : Éoliennes Un scandale d’État Alban d’Arguin

P 55 : Les pages de Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

P 58 : Affaire Weidmann Aristide Leucate

P 61 : Entretien sur Joseph Darnand Francis Bergeron

P 64 : Hommage à Michel Déon Patrick Parment

P 69 : Les livres au crible Georges Feltin-Tracol

P 95 : Actualité de l’association Synthèse nationale

Les chroniques et les articles de Jean-Claude Rolinat, Pieter Kerstens, Daniel Cologne, Arnaud Raffard de Brienne, Charles-Henri d’Elloy...

 

Pour s'abonner, cliquez ici

 

Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Toutes les forces nationales et identitaires d'Occitanie rassemblées à Montpellier autour de Jean-Marie Le Pen.

23 Janvier 2017, 15:52pm

Publié par Nicolas Bretagne

Toutes les forces nationales et identitaires d'Occitanie rassemblées à Montpellier autour de Jean-Marie Le Pen.

Les forces nationales et identitaires d'Occitanie se sont retrouvées nombreuses samedi soir à Palavas-les-Flôts, près de Montpellier, à l'invitation du Comité Jeanne de l'Hérault autour de Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du Front national. Plus de 700 personnes s'étaient en effet inscrites pour le banquet et beaucoup d'autres sont venues écouter les intervenants. 

Il faut dire que la grande famille nationaliste était (presque) au complet puisque se sont succédés à la tribune les responsables des principales organisations patriotiques.

Ce fut d'abord, Stéphane Goepfert, Président du comité régional, qui fit un discours de bienvenue, puis se succédèrent : Lorrain de Sainte Affrique, Secrétaire général des Comités Jeanne, présenta son association aux multiples comités locaux, suivirent le délégué de Riposte laïque qui lu un message de Pierre Cassen, Président de cette courageuse organisation, retenu en Région parisienne ; Hocine Kader, émouvant représentant de la communauté Harquis très implantée dans la région rappela le sort peu enviable qui fut infligé aux siens par la Ve République ; Olivier Roudier, le dynamique animateur de la Ligue du Midi qui a largement contribué au succès de cette belle réunion ; Roland Hélie, au nom de Synthèse nationale, se félicita de voir se perpétuer ici, en terre languedocienne, l'esprit unitaire de notre dixième journée du 2 octobre dernier à Rungis cliquez ici, Pierre Vial, Président de Terre et peuple, fit une magnifique intervention avec la talent que nous lui connaissons et que nous apprécions ; Carl Lang, Président du Parti de la France, prouva avec brio que l'avenir de la droite nationale, sociale et populaire, au-delà des chimères momentanées de ceux qui veulent l'édulcorer de ses fondamentaux, est bien assuré.

Il revenait à Jean-Marie Le Pen, ovationné par la foule, de conclure ce meeting en redonnant l'espoir aux patriotes désorientés par les dérives des mauvais bergers qui sont sensés les représenter. Fidèle aux traditions, le fondateur du FN appela les Français à se retrouver nombreux le 1er mai prochain à Paris pour honorer Jeanne d'Arc. C'est à cette occasion qu'il donnera ses consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle.

Un peu avant minuit la soirée, admirablement encadrée par les Mousquetaires du Président et par le SEP (le service d'ordre du Parti de la France), se termina sans incident et chacun repartit avec le sentiment d'avoir assisté à un événement majeur pour notre famille politique. Aux législatives de juin prochain les nationalistes authentiques rassemblés seront présents dans de nombreuses circonscriptions, donnant ainsi à la France non reniée l'occasion de dire haut et fort sa volonté de renaître.

 

Source: Synthèse nationale

Voir les commentaires

RÉFLEXIONS SUR L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

16 Janvier 2017, 16:49pm

Publié par Nicolas Bretagne

RÉFLEXIONS SUR L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Pierre Vial, Président de Terre et peuple

Je n’ai aucune illusion sur Marine Le Pen et les gens de son entourage. Parler d’une « France apaisée » pour s’en faire une bannière constitue un déni du réel, ce qui est de mauvais augure pour quelqu’un qui prétend assumer les responsabilités du pouvoir.

Ceci étant, l’important n’est pas là car les suffrages qui vont se porter sur son nom ne reposent pas sur les qualités ou les défauts de la candidate. Ils seront en fait l’expression d’un ras-le-bol à l’égard du Système, d’un rejet pur et simple de ce Système et de ce qu’il véhicule, en particulier l’immigration-invasion et le Grand Remplacement qu’elle implique, qui scellerait la mort de notre identité et de notre liberté. Ces suffrages sont donc utiles car ils constituent un potentiel prérévolutionnaire.

Pourquoi ? Parce que les électeurs de Marine Le Pen seront forcément déçus (pour ne pas dire plus) un jour ou l’autre, par l’écart, puis le profond fossé existant entre les espoirs qu’ils mettent en elle et ce qu’elle prétend faire. Car, emprisonnée par son allégeance au Système, qu’elle dissimule de moins en moins, surtout sur l’immigration et la société multiraciale, elle suscitera une déception à la mesure des illusions qu’elle aura suscitées et entretenues.

Alors – et c’est là que tout peut arriver – il y aura des gens, beaucoup de gens, prêts à se rallier à l’idée que seule une solution radicale, mettant en question et rejetant l’ensemble du Système, pourra tirer du gouffre notre pays et notre peuple. Hypothèse peu probable, disent certains (pour se rassurer) mais qu’on ne peut cependant exclure totalement : si un certain nombre de Gaulois finissent, excédés, par réagir vraiment, c'est-à-dire physiquement, que se passera-t-il ? Cela s’appelle une Révolution. Une Révolution identitaire, portée par certains, dont nous sommes. Préparons-nous.

 

Source: http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/01/16/reflexions-sur-l-election-presidentielle-5899283.html

Voir les commentaires

Synthèse, la nouvelle émission de Radio Libertés chaque jeudi avec Roland Hélie

27 Novembre 2016, 08:26am

Publié par Nicolas Bretagne

Synthèse, la nouvelle émission de Radio Libertés chaque jeudi avec Roland Hélie

C'est chaque jeudi, de 18h à 19h. Pour écouter Radio Libertés, c'est ici : http://www.tvlibertes.com/radio-libertes/


Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Alain de Benoist : « 9 novembre 1989 : chute du Mur de Berlin. 9 novembre 2016 : élection de Donald Trump.»

12 Novembre 2016, 17:02pm

Publié par Nicolas Bretagne

Alain de Benoist : « 9 novembre 1989 : chute du Mur de Berlin. 9 novembre 2016 : élection de Donald Trump.»

Un entretien avec Alain de Benoit sur Breizh info cliquez ici

Breizh-info.com : Quel est votre sentiment après l’annonce de l’élection de Donald Trump ?

Alain de Benoist : 9 novembre 1989 : chute du Mur de Berlin. 9 novembre 2016 : élection de Donald Trump. Dans les deux cas, la fin d’un monde. Notre dernier Prix Nobel de littérature, Bob Dylan, s’était finalement révélé bon prophète : The times they are a-changin’ ! C’est en tout cas bien à un événement historique que nous venons d’assister. Depuis des décennies, l’élection présidentielle américaine se présentait comme un duel à fleurets mouchetés entre deux candidats de l’Establishment. Cette année, pour la première fois, c’est un candidat anti-Establishment qui se présentait – et c’est lui qui l’a emporté. « Malgré ses outrances », disait un journaliste. Plutôt à cause d’elles, aurait-il fallu dire, tant l’électorat de Trump n’en pouvait plus du politiquement correct !

En fait, dans cette élection, ce n’est pas le personnage de Trump qui est important. C’est le phénomène Trump. Un phénomène qui, tout comme le Brexit il y a cinq mois, mais avec une force encore supérieure, illustre de façon spectaculaire l’irrésistible poussée du populisme dans le monde. Natacha Polony l’a très bien dit : ce phénomène « n’est que la traduction d’un mouvement de fond qui ébranle toutes les sociétés occidentales : la révolte des petites classes moyennes déstabilisées dans leur identité par la lame de fond d’une mondialisation qui avait déjà emporté les classes ouvrières ». Le fait dominant, à l’heure actuelle, tient en effet dans la défiance grandissante que manifestent les peuples à l’endroit des élites politiques, économiques, financières et médiatiques. Ceux qui ont voté pour Trump ont d’abord voté contre un système dont Hillary Clinton, symbole passablement décati de la corruption institutionnalisée, donnait une représentation exemplaire. Ils ont voté contre le « marigot de Washington », contre le politiquement correct, contre George Soros et Goldman Sachs, contre la morgue des politiciens de carrière qui cherchent à confisquer la démocratie à leur seul profit, contre le show business que les Clinton ont appelé à leur rescousse. C’est cette vague de colère qui s’est révélée irrésistible.

Breizh-info.com : Au-delà de cette victoire, l’écart de voix est considérable. Comment l’expliquez-vous ? S’agit-il du dernier sursaut des Blancs et des Indiens d’Amérique, menacés démographiquement par les Noirs et les Latinos ?

Alain de Benoist : Aux États-Unis, le vote populaire est une chose, celui des grands électeurs (le « collège électoral ») en est une autre. Le plus extraordinaire, et le plus inattendu, est que Trump l’ait aussi emporté auprès des grands électeurs. Bien entendu, on peut estimer qu’il a surtout fait le plein de la classe ouvrière blanche, dont un certain nombre de suffrages s’était précédemment portés sur Bernie Sanders (en ce sens, le vote en sa faveur est aussi un vote de classe).

Mais, si intéressante soit-elle, une analyse du vote en termes ethniques serait assez réductrice. Les analyses qui ne manqueront pas de paraître ces prochaines semaines montreront que Trump a aussi obtenu des voix chez les Latinos (les « Trumpistas »), et même chez les Noirs. Le vrai clivage est ailleurs. Il est entre ceux qui considèrent l’Amérique comme un pays peuplé par des gens qui se définissent d’abord comme des Américains, et ceux qui n’y voient qu’un champ politique segmenté en catégories et en groupes de pression tous désireux de prévaloir leurs intérêts particuliers au détriment les uns des autres. Hillary Clinton s’adressait aux seconds, Trump aux premiers.

Breizh-info.com : La ligne politique de Donald Trump pourrait grossièrement être décrite comme plutôt libérale à l’intérieur des frontières et plutôt protectionniste à l’extérieur. Cela vous semble-t-il intéressant ? N’est-ce pas ce libéralisme « intérieur » qui manque au Front national pour percer en France ?

Alain de Benoist : La situation des deux pays n’est pas comparable, et la forme que peut (ou doit) y prendre le populisme ne l’est pas non plus. Aux Etats-Unis, le ressentiment anti-Establishment est inséparable de l’idée propre aux Américains que le meilleur gouvernement est toujours celui qui gouverne le moins. Cette aspiration libérale au « toujours moins d’Etat » fait partie de l’ADN étatsunien, pas de celui des Français qui, dans la crise actuelle, demandent au contraire plus de protection que jamais. Contrairement à ce que vous dites, le Front national, à mon avis, aurait donc tout intérêt à durcir plus encore sa critique du libéralisme.

Quant à soutenir le libéralisme « à l’intérieur » et le « protectionnisme » à l’extérieur, cela me paraît relever de la contorsion. Il n’y a pas d’un côté un libéralisme qui dit une chose, et de l’autre un libéralisme qui dit le contraire. Du fait même de ses postulats fondateurs, le libéralisme implique à la fois le libre-échangisme et la libre circulation des personnes et des capitaux. On peut certes déroger à cette règle, mais alors on sort du jeu libéral. Il est bien clair qu’avec Donald Trump, les Etats-Unis ne vont pas cesser d’être l’un des rouages moteurs du système capitaliste dans ce qu’il a de plus brutalement prédateur. Bien qu’il ne soit pas une figure de Wall Street, Trump correspond d’ailleurs assez bien lui-même à l’image d’un capitalisme débridé.

Breizh-info.com : Le FN se félicite de la victoire de Trump. La droite français semble effondrée. Qui va en tirer les fruits ici ?

Alain de Benoist : Pas grand monde probablement. Marine Le Pen a été la première (avec Poutine) à féliciter Trump, et c’est bien naturel. Ce qui est plutôt comique, c’est de voir tous les hommes politiques, de droite et de gauche, qui s’étaient bruyamment réjouis par avance d’une victoire de Clinton qui leur paraissait si «évidente», devoir demain faire bonne figure à Donald Trump, l’accueillir parmi eux dans les sommets internationaux, le recevoir sans doute un jour à l’Elysée, après avoir déversé sur lui des tombereaux d’injures et de mépris.

La classe dirigeante est à l’image des maîtres du cirque médiatique. L’élection de Trump est aussi «incompréhensible» pour eux qu’a pu l’être le Brexit en juin dernier, le « non » des Français au référendum de 2005, la montée du FN, etc. Elle leur est incompréhensible parce que pour la comprendre il leur faudrait se remettre en cause de façon suicidaire. C’est pourquoi ils ne trouvent rien d’autre à faire qu’à réciter leurs mantras sur les « discours de haine », la « démagogie » et l’« inculture » où se complairait le peuple. Leurs instruments conceptuels sont obsolètes. Ils ne veulent pas voir le réel, à savoir que les peuples n’en peuvent plus d’une démocratie représentative qui ne représente plus rien et d’une expertocratie qui ignore systématiquement les problèmes auxquels ils se heurtent dans leur vie quotidienne. Lénine disait que les révolutions se produisent quand à la base on ne veut plus et qu’à la tête on ne peut plus. Mais les élites en place sont incapables de s’en rendre compte, alors même que le sol se dérobe sous les pieds. Ecoutez-les tenter d’« expliquer » ce qui vient de se passer. Voyez leurs visages décomposés, tétanisés. Après avoir donné Clinton gagnante jusqu’à la dernière minute, ils ne veulent à aucun prix identifier les causes de leurs erreurs. Ils ne comprennent rien à rien. Ces gens-là sont incorrigibles.

Breizh-info.com : Marine Le Pen ne prend elle pas une leçon, elle qui parle de « France apaisée » avec un discours très modéré là où Trump a joué la carte agressive et déterminée ?

Alain de Benoist : C’est une erreur de croire que ce qui a bien fonctionné dans le contexte particulier d’un pays fonctionnera automatiquement dans un autre. Trump, le « clown milliardaire », a tenu durant sa campagne des propos d’une violence sidérante qui seraient impensables en France. La détermination, au surplus, n’implique pas forcément l’agressivité. Le slogan de « La France apaisée » se justifiait très bien il y a quelques mois. Il ne vous aura pas échappé qu’à l’approche des échéances électorales, la direction du FN l’a abandonné.

Breizh-info.com : La candidature de Donald Trump a notamment été portée par l’Alt-Right et une armée de jeunes militants virtuels qui ont utilisé à plein les montages vidéos, photographiques ou les dessins humoristiques pour soutenir Donald Trump avec humour. Est-ce la fin du militantisme traditionnel ? Est-ce le début d’un nouvel âge, celui de l’activisme numérique et de l’utilisation de l’humour ?

Alain de Benoist : Il est évident qu’Internet et les réseaux sociaux jouent désormais un rôle décisif dans la vie politique, mais les partisans de Trump ne sont pas les seuls à en avoir usé. Les soutiens de Hillary Clinton n’ont pas été en reste. Mais si l’on parle d’« activisme numérique », c’est surtout aux révélations de Wikileaks qu’il faut songer. Elles ont eu, comme vous le savez, un rôle décisif dans la campagne électorale américaine. A côté de Donald Trump, le grand vainqueur du scrutin s’appelle Julian Assange.

Breizh-info.com : A quelles conséquences vous attendez-vous en Europe ? Dans le monde ?

Alain de Benoist : Il y a tout lieu de penser que les conséquences vont être aussi nombreuses que considérables, mais il est trop tôt pour spéculer là-dessus. Autant Hillary Clinton était prévisible (avec elle, c’était la guerre avec la Russie presque assurée), autant les intentions de Donald Trump restent relativement opaques. Déduire les grandes lignes de ce que sera sa politique à la Maison Blanche de ses plus tonitruantes déclarations de campagne serait pour le moins audacieux, sinon naïf. Trump n’est pas un idéologue, mais un pragmatique. Il ne faut pas non plus oublier (le parallèle entre la France et les États-Unis est là aussi trompeur) que le président des États-Unis, coincé qu’il est entre le Congrès et la Cour suprême, est loin d’avoir tous les pouvoirs qu’on lui prête de ce côté-ci de l’Atlantique. D’autant que le complexe militaro-industriel est toujours en place.

Je pense par ailleurs que les «trumpistes» européens n’auront pas forcément que des bonnes surprises. Que Donald Trump se préoccupe en priorité des intérêts de son pays est tout à fait normal, mais il ne s’ensuit pas que cela favorise ou rejoigne les nôtres. « America first », cela veut dire aussi : l’Europe loin derrière ! Après des décennies d’interventionnisme tous azimuts et d’impérialisme néocon, le retour à un certain isolationnisme serait une bonne chose, mais qui peut aussi avoir son revers. N’oublions pas qu’aucun gouvernement américain, interventionniste ou isolationniste, n’a jamais été pro-européen !

 

Propos recueillis par Yann Vallerie

 

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2016/11/12/alain-de-benoist-9-novembre-1989-chute-du-mur-de-berlin-9-no-5873301.html

Voir les commentaires

Sortie du numéro 44 de la revue Synthèse Nationale

6 Novembre 2016, 15:00pm

Publié par Nicolas Bretagne

Sortie du numéro 44 de la revue Synthèse Nationale

Source : Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Discours de Carl Lang à la Xème journée nationale et identitaire de Synthèse Nationale

5 Octobre 2016, 06:31am

Publié par Nicolas Bretagne

Diaporama à consulter sur le blog de Thomas Joly.

Source : Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Plus de 1 300 patriotes hier à Rungis pour les 10 ans de Synthèse nationale

3 Octobre 2016, 15:04pm

Publié par Nicolas Bretagne

Synthèse Nationale
Synthèse Nationale

Trois mois de préparation pour une réussite totale. Tel est le bilan de cette dixième Journée nationale et identitaire organisée ce dimanche 2 octobre à Rungis pour les dix ans de Synthèse nationale.

Réussite totale au niveau de la fréquentation d'abord puisque 1 300 entrées ont été enregistrées, ce qui fait de cette réunion annuelle que nous organisons la plus fréquentée. Un public nombreux et surtout un public enthousiaste. Il l'a prouvé tout au long de la journée en applaudissant les différents intervenants qui se sont succédés et surtout lors de la standing ovation qui, pendant plusieurs minutes, ponctua le discours magnifique de notre invité d'honneur, Jean-Marie Le Pen.

Réussite totale au niveau des interventions puisque toutes les sensibilités de notre famille d'idée étaient présentes et se sont exprimées, dans le respect mutuel, pour finalement arriver à la même conclusion. A savoir, le nécessaire combat contre le mondialisme broyeur des identités et contre l'islamisation, conséquence directe de l'immigration.

Réussite totale au niveau de l'organisation, puisque aucun incident majeur ne vint troubler le bon déroulement des choses. Je profite de cet article pour remercier toutes celles et tout ceux qui ont contribué à cette réussite sur le plan organisationnel, qu'il s'agisse des responsables de stands, du service de restauration et du bar (plus de 700 repas ont été servis), qu'il s'agisse de la sono, qu'il s'agisse du service d'ordre, discret mais efficace, qu'il s'agisse de l'accueil et du stand de Synthèse nationale. Merci aussi à la direction et au personnel de l'Espace Jean Monnet pour son professionnalisme.

Réussite totale au niveau des stands (plus de 60), puisque tous ont bien vendu ce qu'ils proposaient. Notons cette année la présence de plusieurs entreprises commerciales qui, de leur propre aveu, n'ont pas regretté d'être venues.

Réussite totale de la partie festive de la journée. Pinatel d'abord qui suscita avec son Pinatel show, l'hilarité du public. Docteur Merlin en début d'après-midi qui interpréta, outre ses classiques, les chansons de son dernier album. Les Brigandes, nos Chères Brigandes, enfin, qui, après le meeting politique, nous offrirent un concert d'une grande qualité qui fut acclamé par le public emballé.

Réussite totale au niveau de Synthèse nationale, puisque près de 60 abonnements à nos revues furent enregistrés.

Je tiens à remercier les intervenants, Hervé Van Leathem (Nation Belgique), Gabriele Adinolfi (Polaris Rome), Thierry Bouzard, Richard Roudier (Ligue du Midi), Arnaud Raffard de Brienne), Serge Ayoub, Hugues Bouchu, Pierre Vial, Pierre Cassen, Alain Escada, Luc Pécharman, Roger Holeindre, Carl Lang, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, Filip Dewinter et Jean-Marie Le Pen bien sûr, pour leurs interventions et leurs témoignages d'amitié.

Toute la semaine des articles sur cette journée seront publiés sur ce site.

En route vers la XIe Journée nationale et identitaire l'an prochain...

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2016/10/03/plus-de-1-300-patriotes-hier-a-rungis-pour-les-10-ans-de-syn-5855605.html

Carl Lang (Président du PDF)

Carl Lang (Président du PDF)

Voir les commentaires

Dimanche 2 octobre, tous les patriotes et les nationalistes se retrouvent à la Xe Journée de Synthèse Nationale !

1 Octobre 2016, 13:40pm

Publié par Nicolas Bretagne

Dimanche 2 octobre, tous les patriotes et les nationalistes se retrouvent à la Xe Journée de Synthèse Nationale !

Dimanche 2 octobre, se tiendra la Xe Journée nationale et identitaire de Synthèse Nationale organisée comme chaque année par Roland Hélie.

Le Parti de la France appelle ses militants, adhérents et sympathisants à participer à cet événement politique qui verra Carl Lang et Jean-Marie Le Pen partager la même tribune, ce qui n'est pas arrivé depuis 2008.

Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, et Roger Holeindre, Président d'honneur du PdF, seront également présents.

Un stand du Parti de la France, avec du matériel de propagande, sera à la disposition des participants.

Diaporama à consulter sur le blog de Thomas Joly.

Source : Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Disparition d'un camarade : Guillaume Debonne

8 Septembre 2016, 21:38pm

Publié par Nicolas Bretagne

Disparition d'un camarade : Guillaume Debonne

Nous avons appris hier soir avec stupéfaction et tristesse la disparition subite, survenue dans l'après-midi, de Guillaume Débonne, militant actif de la cause nationaliste en Normandie. Apprécié de tous pour sa gentillesse et sa grande connaissance du mouvement nationaliste, Guillaume était depuis des années un pilier du combat contre l'islamisation de sa région de Dieppe. RIP Camarade.

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2016/09/08/disparition-d-un-camarade-guillaume-debonne-5845274.html

Voir les commentaires

1 2 > >>