Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

Articles avec #pdf morbihan

Bretagne. Le Parti de la France annonce 4 candidats aux législatives

1 Février 2017, 00:07am

Publié par Nicolas Bretagne

Bretagne. Le Parti de la France annonce 4 candidats aux législatives
31/01/2017 – 09h00 Lorient (Breizh-Info.com) –  Carl Lang, président du Parti de la France et Lorrain de Sainte Affrique, secrétaire Général des Comités Jeanne ont animé samedi 28 janvier  dans le Morbihan un déjeuner / débat lors duquel ils ont annoncé 4 candidatures de ce parti pour les élections législatives en Bretagne administrative.

Ainsi, seront candidats :

– Marie-Anne Haas sur la 6 ème circonscription du Finistère (29)
– Jean-Paul Felix sur la 4 ème circonscription Ploërmel (56)
– Alain Lyon sur la 3 ème circonscription Pontivy (56)
– Jean-Marie Lebraud sur la circonscription de Redon (35)

Deux autres candidats, sur Vannes et Lorient, devraient également être investis prochainement.

 

Les candidats seront présentés sous une étiquette regroupant plusieurs partis, comités et associations qui défendront « La droite patriotique, nationaliste et souverainiste ». « Nous serons nombreux à défendre les valeurs de la vraie droite nationale en Bretagne et en France » ont déclaré les deux animateurs de la journée.

Carl Lang et Lorrain de Saint Affrique ont également annoncé que Jean-Marie Le Pen soutenait ces candidatures – qui pourraient constituer une concurrence, à la marge, vis à vis du Front national.

Estimant que le Front national prenait actuellement « un virage à gauche », et même « à gauche de Mélenchon », Carl Lang explique que « faire de la politique électoraliste ne correspond pas à nos valeurs, au PDF nous sommes là pour défendre la France, notre culture, notre histoire, nos familles.»

Les candidats appellent à « résister à la colonisation et à l’islamisation de notre pays » , estimant ne pas se reconnaitre dans les propos de Marine Le Pen qui avait déclaré que l’Islam n’était pas incompatible avec la République française. Ils appellent également à revoir la PAC et ses dérives mais insistent aussi sur l’interdiction de l’abattage Halal et plus globalement, sur le respect de la condition animale.

 

Crédit Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Voir les commentaires

Succès du déjeuner patriotique à Lorient avec Carl Lang et Lorrain de Sainte-Affrique

31 Janvier 2017, 14:32pm

Publié par Nicolas Bretagne

Succès du déjeuner patriotique à Lorient avec Carl Lang et Lorrain de Sainte-Affrique

Carl Lang, Président du Parti de la France, et Lorrain de Saint Affrique, Secrétaire Général des Comités Jeanne, ont animé ce samedi 28 janvier à Lorient (Morbihan), un grand déjeuner débat organisé par le PdF 56 et les Comités Jeanne qui a rassemblé plus de 100 personnes.

 

Diaporama à consulter sur le blog de Thomas Joly.


Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Rappel : Carl Lang à Lorient avec Lorrain de Sainte-Affrique samedi 28 janvier

26 Janvier 2017, 18:13pm

Publié par Nicolas Bretagne

Rappel : Carl Lang à Lorient avec Lorrain de Sainte-Affrique samedi 28 janvier

Carl Lang, Président du Parti de la France, et Lorrain de Sainte-Affrique, Secrétaire général des Comités Jeanne, animeront un déjeuner-débat suivi d'une galette des rois samedi 28 janvier à Lorient. Réservation obligatoire au 06.85.71.98.79

 

Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Tous à Vannes le 19 janvier!

15 Janvier 2017, 23:26pm

Publié par Nicolas Bretagne

Tous à Vannes le 19 janvier!
Le dimanche 13 novembre 2016r, Breizh-info.com diffusait une information cachée pendant 3 jours par les médias subventionnés : un migrant accueilli depuis quelques jours à Arzon (sublime commune à la pointe du magnifique golfe du Morbihan) avait agressé sexuellement une habitante de la commune.
Le 14 novembre à 20h30, plus de 150 personnes se sont rassemblées devant la mairie afin de montrer leur colère.
Plusieurs orateurs se sont succédé de manière improvisée. Face à une situation jugée visiblement insupportable par certains, un mouvement de foule a eu lieu et le rassemblement s’est transformé en manifestation pour se rendre devant le CCAS pour protester contre l'accueil du migrant violeur.
Sur place, une légitime tension et quelques dégâts matériels minimes, des manifestants rentreront même de force dans le CCAS.
L’État a décidé de frapper un grand coup en faisant juger le 19 janvier à Vannes deux personnes pour s’être introduites dans le CCAS et deux autres pour organisation d’une manifestation illégale.
Les peines encourues sont les suivantes :
Pour Nicolas Faure, porte-parole de l’association LiEn  : 6 mois de prison et 5 500 € d’amende pour « Organisation d’une manifestation non-déclarée ».
Pour Ronan Le Gall, président du parti Adsav : 6 mois de prison et 5 500 € d’amende pour « Organisation d’une manifestation non-déclarée ».
Pour les autres : sans doute de réquisitions encore plus lourdes.
>
> Le but de cela : faire peur et empêcher la révolte des français.
Pendant ce temps-là, le migrant soudanais ayant agressé sexuellement la sexagénaire et une jeune fille mineure,a été exfiltré par les services étatiques.
En solidarité avec ceux qui se sont levés face à l’inacceptable; en solidarité avec ceux qui ont défendu l’honneur de la Bretagne et de la France; en solidarité avec ceux qui sont accusés à tort de faits qu’ils n’ont pas commis; en solidarité avec ceux qui subissent une répression politique décidée par les plus hautes autorités étatiques…
Nous devons être à leur côté le 19 janvier, c'est la raison pour laquelle nous nous associons à l'appel à se rassembler devant le tribunal de Vannes à 13 heures.
>
> Par ailleurs, nous renouvelons notre appel à soutenir financièrement les quatre patriotes d'Arzon afin de les aider à payer les différents frais de justice (frais d’avocat, déplacements, etc.) et de leur montrer que les Français sont solidaires lorsqu’on tente d’intimider ceux qui font acte de résistance.
 
Le Système attaque les patriotes, défendons-les !


Source:
Lettre d'information n° 7 du cercle Georges de Villebois-Mareuil, janvier 2017

Voir les commentaires

PDF Bretagne: Réunion du bureau samedi à Lorient!

8 Décembre 2016, 11:21am

Publié par Nicolas Bretagne

PDF Bretagne: Réunion du bureau samedi à Lorient!

Réunion du Bureau restreint du PDF : Bretagne  

le 10 Décembre à 10h 15 à la permanence de LORIENT  !

 
Ordre du jour /
 
- Galette des Rois  du 28 Janvier 2017
 
Présidé par Carl Lang ! Président du PDF
 
Invité Jean-Marie LE PEN  Président d’ Honneur du FN 
 
 
- Législatives et Candidatures ! 
 
Questions diverses
 
Tél  J-P Félix     06 85 71 98 79


Source: PDF Bretagne

Voir les commentaires

Hennebont. Deux migrants soudanais condamnés à quitter le département

27 Novembre 2016, 14:29pm

Publié par Nicolas Bretagne

Hennebont. Deux migrants soudanais condamnés à quitter le département

Le tribunal de Lorient, ce vendredi, a condamné deux migrants qui avaient agressé verbalement une jeune fille de 13 ans à Hennebont. Prison avec sursis et interdiction de poursuivre leur séjour dans le Morbihan.

Lundi après-midi, deux migrants hébergés au Centre d'accueil et d'orientation (CAO) d’Hennebont depuis le mois de juin ont interpellé une jeune fille de 13 ans.

Ils ont proféré à son encontre des propos désobligeants et l'ont poursuivie sur 200 mètres.

Deux Soudanais

Placés en garde à vue, les deux Soudanais de 25 et 26 ans ont expliqué, via leur interprète, qu'ils ne maîtrisaient pas la langue française et ne pouvaient l'avoir insultée en français comme l'a soutenu la mineure.

Ils ont été jugés ce vendredi dans le cadre de la procédure de comparution immédiate.

Dix jours pour partir

Le ministère public a requis six mois de prison ferme avec mandat de dépôt à l'audience ainsi qu'une interdiction de séjour dans le département pour une durée de cinq ans.

Le tribunal a assorti de sursis la peine de six mois de prison et a prononcé une interdiction de séjour.

Les deux migrants ont dix jours pour quitter le Morbihan et rejoindre un autre CAO.

 

Source: http://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/deux-migrants-soudanais-condamnes-quitter-le-morbihan-4636134

Voir les commentaires

Arzon (56) : en fuite, le migrant agresseur sexuel a récidivé

24 Novembre 2016, 00:51am

Publié par Nicolas Bretagne

Arzon (56) : en fuite, le migrant agresseur sexuel a récidivé

Le jeune migrant clandestin poursuivi pour une agression sexuelle au mois de novembre à Arzon est en fuite. Il a en effet disparu du CCAS de Port-Navalo où il était hébergé et pris en charge par la collectivité depuis plusieurs semaines au même titre que plusieurs autres mineurs isolés étrangers.

Adan M, né en 2000 au Soudan, avait reconnu avoir tenté d’embrasser, puis toucher le sein gauche d’une sexagénaire, mi novembre à Arzon avant de « mimer un geste masturbatoire » comme nous l’avions révélé en exclusivité. Des faits qui, selon le procureur de la République de Vannes,  « ne sont pas aussi graves que ceux que [Breizh-info] avait présentés », comme il l’avait alors déclaré.

Il n’en demeure pas moins qu’après avoir été placé en garde à vue, ce jeune Soudanais devait être convoqué, en mars 2017, devant le juge pour enfant afin d’être jugé. Ne l’entendant manifestement pas de cette oreille, le jeune clandestin s’est enfui, quelques jours plus tard, du CCAS de Port-Navalo.

Une deuxième agression sexuelle

Une deuxième agression sexuelle commise par cet individu sur une jeune femme cette fois ci, toujours sur le Morbihan, a par ailleurs été confirmée par nos sources.

La direction du centre a expliqué à l’un de nos collègues que l’individu n’était effectivement plus sur les lieux, mais qu’elle n’en est nullement responsable car les jeunes dans ces CCAS ne sont pas en rétention et peuvent aller et venir comme ils le souhaitent.  Selon la direction du CCAS, c’est à l’État qu’il incombe d’assurer le suivi de ces individus, ce qui n’a pas été fait dans le cas de ce jeune migrant, agresseur sexuel présumé.

On ignore, à l’heure actuelle, si Adan M dépend de l’ambassade du Sud Soudan, ou de celle du Soudan. Dans les deux cas, selon nos sources, les autorités de ces deux pays seraient mobilisées pour permettre d’étudier le rapatriement et la condamnation de cet individu en cas d’arrestation.

 

Désinformation et  tyrannie médiatique

La révélation de cette agression sexuelle avait suscité de vives réactions chez une partie de la population. 120 personnes avaient manifesté devant le centre lundi 14 novembre pour demander l’expulsion de cet individu. Cette manifestation avait été largement décriée et dénaturée par la presse subventionnée – notamment par l’AFP qui n’était pas présente sur place puisque, hormis Breizh-info, seuls deux journalistes de la presse régionale étaient présents sur les lieux.

On pouvait ainsi lire en gros titres : « AGRESSION D’UNE FEMME PAR UN MIGRANT : COMMENT LA FACHOSPHÈRE SURFE SUR « LA CENSURE » DES MEDIAS » , ou encore Polémique après l’agression sexuelle d’une femme par un migrant (Orange),  « MORBIHAN : TWITTER ET FACEBOOK SE DÉCHAÎNENT APRÈS L’AGRESSION SEXUELLE D’UNE SEXAGÉNAIRE PAR UN MIGRANT » (TF1), la palme revenant au Parisien qui osa : « Agression d’une sexagénaire : à Arzon, les identitaires effraient plus que les migrants ». 

L’agression sexuelle passa ainsi dans toute la presse au second plan, tandis que la réaction de colère devenait la cible de toutes les critiques. Ce traitement médiatique n‘est pas sans rappeler l’affaire de Sisco et son traitement par la presse nationale, où la encore, les agresseurs maghrébins étaient devenues des victimes « de Corses racistes et intolérants.».

La population a peur de parler

La population d’Arzon et des alentours (de Sarzeau notamment) que nous avions interrogée est majoritairement hostile à l’accueil de ces migrants tout en refusant de commenter publiquement la chose, de crainte d’être stigmatisée voire de subir des représailles, notamment chez les commerçants. Le sentiment d’avoir à la fois l’État (qui dissimule une partie des informations),  la presse (qui stigmatise)  et les agitateurs d’extrême gauche (qui agressent ou dénoncent) contre soi n’est en effet pas des plus rassurants pour la population.

Comme dans de nombreuses villes qui accueillent des migrants en Bretagne, des collectifs actifs de soutien se sont montés et monopolisent les colonnes de la presse subventionnée, qui les a presque érigés en « représentants de la population ». Pourtant, à Trégastel, à Trébeurden, à Fougères, comme à Arzon ou à Trégunc, ou encore à Pleyber Christ, la population, à 95%, ne s’est pas impliquée jusqu’ici ni dans un collectif pro migrants, ni dans un collectif anti-migrants. Il suffit d’aller, comme nous l’avons fait, interroger les gens, sur le marché, dans les commerces, pour se rendre compte qu’ils se sentent majoritairement peu concernés et très peu informés sur ce qui arrive.

Nulle part d’ailleurs, les élus n’ont cherché à consulter les citoyens, comme si tout se passait et s’arrangeait désormais entre l’État (via les préfets), les élus locaux, les associations qui hébergent et qui aident les migrants, et les associations d’agitation en faveur de l’immigration. Tout ce « gratin » était d’ailleurs réuni, à Fougères, jeudi 17 novembre, en présence du préfet de Bretagne, la semaine dernière, pour écouter « l’émouvante lettre d’un migrant » aux accents très « militants » et très « Cimade » (association protestante d’aide aux migrants). Dans la salle, seuls des représentants de l’État, des militants associatifs et quelques retraités étaient là. Le peuple lui, était aux abonnés absent.

De la «tradition» de mettre le feu au camp de Calais, invoquée par un préfet de la République (décoré depuis), à «des faits pas si graves que cela» décrits par un procureur de la République à propos d’une agression sexuelle caractérisée, de nombreuses questions se posent aujourd’hui sur « l’esprit républicain » invoqué en permanence par les dirigeants politiques.

 

Source : http://www.breizh-info.com

Voir les commentaires

Arzon. 120 manifestants en colère devant le centre pour migrants

15 Novembre 2016, 15:04pm

Publié par Nicolas Bretagne

Arzon. 120 manifestants en colère devant le centre pour migrants

15/11/2016 – 07H30 Arzon (Breizh-info.com) – « Violeurs dégagez ! » Ce lundi soir, il y avait de la colère à Arzon (56) après l’annonce de l’agression sexuelle d’une femme par un migrant soudanais à peine arrivé dans la commune. Une information révélée en exclusivité par Breizh-info.com, les autorités n’ayant à aucun moment averti la presse, comme nous l’a confié un correspondant sur place.

120 manifestants venus d’Arzon et de toute la Bretagne se sont réunis devant la mairie où Ronan Le Gall (Adsav, indépendantistes bretons) mais aussi Nicolas Faure (Lien) ou Maxime Boulanger (Brévinois contre les migrants) ont pris la parole pour dénoncer la crise migratoire et la collaboration d’État dans cette politique de répartition qui touche toute la population française.

Mais la colère des jeunes manifestants a rapidement balayé les discours calmes des orateurs et les a conduits à se diriger vers le CCAS qui accueille ces migrants dits « mineurs ». Arrivés sur place, une quinzaine de gendarmes les attendaient. Les manifestants ont scandé « Migrants dehors », « Gendarmes collabos », « On est chez nous » ou encore « Violeurs dégagez » avant que la situation ne dégénère.

Plusieurs jeunes qui tentaient d’investir le CCAS ont été repoussés à coup de gaz lacrymogènes par les gendarmes. Nos journalistes, en première ligne pour couvrir la manifestation en direct s’en souviendront…

Après une deuxième charge des manifestants, trois d’entre eux seront interpellés, avant d’être finalement relâchés après intervention du parquet de Vannes, car les manifestants n’entendaient pas partir sans leurs camarades.

Les manifestants se sont ensuite dispersés dans le calme, promettant de revenir « la semaine prochaine ».

C’est la première fois en Bretagne qu’une telle manifestation improvisée, un lundi soir qui plus est, réunit autant de manifestants déterminés et hostiles à l’immigration. A voir désormais si les migrants du CCAS d’Arzon y seront maintenus. La population locale elle, majoritairement hostile d’après les personnes que nous avons pu interroger, n’était pas massivement descendue dans la rue. Beaucoup ont, en effet, peur d’éventuelles représailles, notamment pour les commerçants.

Selon certains manifestants locaux, une jeune fille au pair aurait elle aussi été agressée par un migrant ce week-end, toujours sur Arzon. Plus de détails prochainement.

 

Source: http://www.breizh-info.com/2016/11/15/53187/arzon-migrants-manifestation-delinquance-agression-sexuelle

Voir les commentaires

Vannes. Feu de poubelle et de broussailles à Kercado et Dunant

2 Novembre 2016, 08:18am

Publié par Nicolas Bretagne

Vannes. Feu de poubelle et de broussailles à Kercado et Dunant

Maël FABRE

La nuit d'Halloween a été quelque peu agitée à Vannes. Les sapeurs-pompiers ont été alertés pour éteindre plusieurs feux. La police est aussi intervenue.

Alors que la nuit d'Halloween a pris feu à Lorient et Pont-Scorff, Vannes n'a pas été épargnée par des petits incidents.

Dans la nuit de lundi à mardi, il y a eu plusieurs départs de feu dans le quartier de Kercado et au niveau de la résidence Henri Dunant. 

 
Une poubelle a été incendiée au niveau du lycée Lesage, rue Winston-Churchill à Kercado. "Je venais d'éteindre la télévision, j'allais me coucher quand j'ai entendu une explosion. Je pensais à des gamins qui allumaient des pétards", raconte ce voisin du lycée.
Les sapeurs-pompiers sont aussi intervenus pour des feux de broussailles au niveau de la résidence Henri Dunant, rue Fromentin.
La police est intervenue pour ramener le calme.
 
Source: http://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/vannes-feu-de-poubelle-et-de-broussailles-kercado-et-dunant-4587692

Voir les commentaires

Vannes. Paroles de flics vannetais qui en ont ras le bol

26 Octobre 2016, 07:31am

Publié par Nicolas Bretagne

Vannes. Paroles de flics vannetais qui en ont ras le bol

Des policiers, tous en poste à Vannes, expliquent les raisons de leur colère. Ils disent « aimer leur métier » mais ne plus supporter « le manque de réponse pénale ». Ils manifesteront ce mercredi.

Témoignage

Ils le savent. Ces policiers vannetais exercent leur métier de flic dans l’une des plus belles baies du monde et probablement le département le mieux « préservé » en termes de délinquance. Mais il faut se méfier de ce que cache ce beau décor du golfe du Morbihan.

Drogue, prostitution, meurtre, braquage, course-poursuite, violence, alcool et vols à main armée : c’est aussi le lot des flics à Vannes.

Les policiers qui ont accepté de se confier à Ouest-France en ont gros sur le cœur. Ils participeront à la « marche de la colère », organisée ce mercredi.

Un simple contrôle peut dégénérer

Entre deux contrôles, ils donnent leur sentiment, à l’ombre de leur direction. « Vannes, c’est devenu Paris à retardement », confie l’un d’eux. Ce policier vannetais connaît très bien le terrain. Il dit avoir vu « la ville changer en dix ans, ses habitants aussi. »

Ce qui le marque le plus, « c’est le manque de respect des gens. Avant, on avait peur du gendarme ou du policier. On vouvoyait l’homme ou la femme en uniforme qui demandait les papiers pour un contrôle routier. Maintenant, on nous tutoie, on nous insulte et un simple contrôle, pour un défaut de contrôle technique, prend des proportions qui nous dépassent et peu dégénérer en un rien de temps. »

La drogue, ils en voient défiler sous leurs yeux. « Kercado, qu’on se le dise une bonne fois pour toutes, est devenu une plaque tournante de la drogue en Bretagne. Pourquoi ? Tout simplement parce que certaines personnes qui y viennent faire du trafic, sont interdites de paraître dans leur ville d’origine (Marseille, Rennes, Paris). Ils viennent à Vannes rejoindre leur famille. Ils développent alors ici, leur trafic. On constate que la cocaïne se banalise. Il y a dix ans, on était content de trouver un gramme de « coke », maintenant c’est beaucoup plus et souvent », raconte ce policier.

Tous les témoignages sont à lire dans l'édition Ouest-France Vannes de ce mercredi 26 octobre 2016.

 

Source : http://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/temoignages-vannes-paroles-de-flics-vannetais-qui-en-ont-ras-le-bol-4582947

Voir les commentaires

1 2 3 > >>