Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

Articles avec #election legislatives 2017

Caroline Alamachère : « Défendre l’identité française, préserver ce qui a fait la richesse de la France »

6 Juin 2017, 23:00pm

Publié par Nicolas Bretagne

Caroline Alamachère : « Défendre l’identité française, préserver ce qui a fait la richesse de la France »

Interrogée par Le Parisien sur ses priorités si elle était élue à l'Assemblée Nationale, Caroline Alamachère, candidate du Parti de la France sur la 3e circonscription de l'Oise (Creil-Méru) a déclaré ceci : « Défendre l’identité française. En terme d’emploi, en donnant la priorité aux nationaux, comme dans beaucoup de pays. Mais aussi pour tout ce qui concerne le patrimoine, architectural, culturel mais aussi industriel. Il faut arrêter de vendre à tout va et préserver ce qui a fait la richesse de la France. »



Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

En cas d'élection, la première mesure de Thomas Joly sera de demander l'expulsion de tous les clandestins de sa circonscription

6 Juin 2017, 19:50pm

Publié par Nicolas Bretagne

En cas d'élection, la première mesure de Thomas Joly sera de demander l'expulsion de tous les clandestins de sa circonscription

Thomas Joly, candidat du Parti de la France dans la 2e circonscription de l'Oise, a répondu au Parisien qui lui demandait quelle serait sa première mesure s'il était élu député.

Voici sa réponse : « Si j’étais élu, ma première demande au gouvernement serait de faire expulser tous les clandestins de ma circonscription en application de la loi française ».

 

Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Le clip de campagne du Parti de la France pour les élections législatives

31 Mai 2017, 12:00pm

Publié par Nicolas Bretagne

Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Prenez part aux élections législatives avec le Parti de la France !

10 Mai 2017, 16:47pm

Publié par Nicolas Bretagne

Prenez part aux élections législatives avec le Parti de la France !

Les 11 et 18 juin prochains le Parti de la France présentera des candidats dans un certain nombre de circonscriptions, si vous souhaitez vous engager et participer activement à ces élections comme candidat, suppléant ou mandataire financier, contactez dans les 48 heures notre délégué national aux élections, Dominique Slabolepszy : dominique.slabolepszy@wanadoo.fr

Si vous n'êtes pas candidat mais que vous souhaitez nous aider, faites un don au Parti de la France : chèque à l'ordre de Myriam Baeckeroot, mandataire financier du PdF, à envoyer à l'adresse suivante : PdF, 6 allée des Templiers, 78860 Saint-Nom-la Bretèche.

 

Engagez-vous, aidez-nous !

 

Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Samedi 13 mai : Conseil national élargi du Parti de la France

10 Mai 2017, 16:08pm

Publié par Nicolas Bretagne

Samedi 13 mai : Conseil national élargi du Parti de la France

Le Conseil national du Parti de la France, qui se déroulera samedi 13 mai à Paris, est ouvert aux candidats, suppléants et mandataires financiers du PdF aux élections législatives de juin 2017. Informations et réservations : 06 38 73 25 61

Jean-Marie Le Pen sera présent lors de nos travaux et interviendra en fin de mâtinée.

 

Source: Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

«J’aurais préféré que Marion Le Pen soit candidate à la place de Marine!»

12 Avril 2017, 16:13pm

Publié par Nicolas Bretagne

Ancien député de Seine-Saint-Denis et vice-président du Front national, vétéran des guerres d'Indochine et d'Algérie, Roger Holeindre préside le Cercle national des Combattants. Fidèle de Jean-Marie Le Pen aujourd'hui en rupture de ban avec le FN, il est également président d'honneur du Parti de la France (PDF). A 88 ans, cet éternel défenseur de l'Algérie française mêlant citoyens chrétiens, juifs et musulmans à égalité de droits se présente aux élections législatives dans sa circonscription de Sevran-Tremblay-Villepinte sous l'étiquette PDF-Comité Jeanne. Entretien sans langue de bois.

Ancien député de Seine-Saint-Denis et vice-président du Front national, vétéran des guerres d'Indochine et d'Algérie, Roger Holeindre préside le Cercle national des Combattants. Fidèle de Jean-Marie Le Pen aujourd'hui en rupture de ban avec le FN, il est également président d'honneur du Parti de la France (PDF). A 88 ans, cet éternel défenseur de l'Algérie française mêlant citoyens chrétiens, juifs et musulmans à égalité de droits se présente aux élections législatives dans sa circonscription de Sevran-Tremblay-Villepinte sous l'étiquette PDF-Comité Jeanne. Entretien sans langue de bois.

Daoud Boughezala. Tous les attentats islamistes perpétrés en France depuis 2015 ont été le fait d’enfants d’immigrés. A votre avis, ce scénario était-il inéluctable ?

Roger Holeindre. Ce que nous vivons est dû à des décennies d’immigration massive totalement abandonnée à elle-même. Tout a été fait pour que les enfants d’immigrés ne se sentent pas Français ! Quand j’étais député de Seine-Saint-Denis, de 1986 à 1988, je suis monté des dizaines de fois le mercredi à la tribune. Je parlais constamment de l’apprentissage et des mouvements de jeunes tandis que les autres députés criaient : « Holeindre nazi ! Jeunesse à Pétain ! » et me traînaient dans la boue. Je voulais que l’apprentissage commence à 14 ans parce que si on laisse les gamins en échec scolaire mettre le boxon à l’école sans que personne ne s’occupe d’eux, il est trop tard à 16 ou 17 ans pour leur faire mettre les mains dans le cambouis. Il y a encore de bons ouvriers en France capables de former des jeunes. Or, un jeune auquel on montre un moteur de voiture complètement en rade et qui réussit huit jours plus tard à le faire marcher est sauvé pour la vie. La ministre du gouvernement Chirac chargée de l’apprentissage me répondait sans arrêt : « Mon cher ami, vous savez bien que ça n’est pas possible ! » Pourquoi ? Je n’ai jamais eu la réponse.

Mais les enfants des banlieues ne sont pas totalement livrés à eux-mêmes, loin s’en faut. À la fin de votre dernier livre La réconciliation nationale. Lettre ouverte aux Français musulmans (Apopsix, 2017), vous énumérez les plans d’aide successifs aux banlieues depuis vingt-cinq ans et arrivez au total… de cent milliards d’euros !

La banlieue n’a pas été abandonnée sur le plan financier. Mais ce n’est pas avec les « grands frères » qu’on va régler le problème. Ces grands frères n’ont jamais eu aucune formation. Lorsque j’étais député de Sevran, Tremblay et Villepinte, j’ai bien vu comment les choses se passaient sur place. A l’époque, le maire communiste de Sevran m’a à plusieurs reprises envoyé des jeunes qu’il avait sous la main pour me casser la gueule. En cinq minutes, j’arrivais à les convaincre que j’avais raison contre leur laxiste de maire. Mais, depuis quarante ans, tout ce que propose Jean-Marie Le Pen a été assimilé à du nazisme, ce qui explique le marasme dans lequel la France est plongée. Nous défendons pourtant les bases-mêmes d’une nation – frontières, peuple, préférence nationale – que nos opposants critiquaient. Je crois en la France et n’ai rien contre les étrangers qui viennent chez nous, à condition qu’ils n’essaient pas de nous imposer leurs coutumes et ne crachent pas sur la France. Je demande simplement que les frontières soient moins ouvertes, et qu’on accueille les immigrés dont on a besoin, comme le fait le Canada.

En tant que partisan de l’Algérie française, vous vous faites même l’avocat d’une vision assimilationniste de la nation. Quoiqu’hostile à l’immigration de masse, croyez-vous l’islam soluble dans la République ?

Je ne suis pas anti-musulman : en Algérie, j’ai dirigé une troupe scoute et une maison des jeunes. 450 gosses en tout. Lorsque Charlie Hebdo a sorti les caricatures de Mahomet, j’ai même publié un communiqué m’élevant contre ces dessins pour dire que l’islam n’était pas ma religion mais qu’il fallait la respecter. Dans l’armée, l’islam n’était parfois pas sans poser problèmes, par exemple, les sous-officiers algériens musulmans mariés n’amenaient jamais leur épouse aux soirées. Il est sûr et certain que l’islam a été l’obstacle principal au fait que les Algériens deviennent entièrement des français. Mais j’ai tout fait pour qu’ils le deviennent, sans jamais critiquer leur religion, sauf les demandes communautaristes de viandes hallal qui, comme le casher, compliquent la vie sociale en instaurant des espaces séparés dans les cantines et ailleurs.

Sur ce point, votre discours est assez proche des positions de Marine Le Pen, que vous critiquez par ailleurs…

Je suis membre fondateur du Front national que j’ai quitté lors de son élection à la présidence. Marine Le Pen ne croit en rien, sauf en ses chances de devenir présidente de la République. Elle n’a ni les idées politiques de son père ni les miennes. J’aurais préféré que Marion Maréchal-Le Pen soit candidate à la place de sa tante. C’aurait été un joli coup car elle est jeune, belle et présente bien. De surcroît, je ne l’ai jamais entendue dire de bêtises. L’avenir de notre pays dépend de garçons et de filles comme elle qui s’assument comme des gens de droite.

Dans les rangs nationalistes, votre hantise de la guerre civile et votre main tendue aux musulmans Français sont-ils mal accueillis ?

Pas spécialement, car j’explique bien ma position. Je veux avoir le droit de dire qu’untel est un con, quelle que soit sa race ou sa religion. S’il n’est pas Français de cœur, c’est de la faute de certaines personnes qui ont fait en sorte qu’il n’aime pas la France. Certains à gauche n’attendent que la guerre civile. Il suffirait que trois abrutis descendent dans la rue en criant « Vive la France », l’un avec un lance-pierres, l’autre avec une batte de baseball et le troisième avec un pistolet-mitrailleur sans chargeur, pour qu’on arme les banlieues au nom de la défense des « valeurs de la République ». Dans un esprit de réconciliation, à 88 ans, pour que tous les Français patriotes fassent un bout de chemin ensemble, je vais me présenter à la députation dans la onzième circonscription de Seine-Saint-Denis sous l’étiquette comités Jeanne-Parti de la France. C’est un scoop que je vous annonce !

Passons à une cause qui vous tient à cœur : l’Algérie. Résistant à quinze ans dans la France occupée, vous vous êtes ensuite illustré militairement dans le maquis en Algérie, quitte à vous opposer à De Gaulle lorsque celui-ci enclencha le processus qui devait mener à l’indépendance du pays. Mais les Arabes d’Algérie étant traités en sous-citoyens depuis des décennies, pouvait-on décemment leur refuser l’autodétermination ?

On a gagné militairement avec une majorité de soldats musulmans ! L’armée française est la seule armée au monde à avoir à la fois vaincu ses ennemis dans le djebel et à avoir annihilé le terrorisme en ville. Or, il y avait plus de musulmans dans l’armée française que dans les rangs du FLN toutes divisions confondues.La population en avait marre du FLN. Même ceux qui balançaient des grenades, pour la plupart, ne le faisaient que parce que le FLN les y contraignait après avoir enlevé leurs enfants. Lorsque De Gaulle a fait un appel de fonds pour financer un emprunt, beaucoup de musulmans de Tébessa, ma ville, algériens riches, marchands de vaches ou autres, y ont souscrit.Dans mon maquis, j’avais beaucoup de musulmans qui ont d’ailleurs tous voté pour l’Algérie française.

Malgré tout, les départements français d’Algérie hébergeaient une société à deux vitesses, a fortiori depuis la promulgation du décret Crémieux (1871) naturalisant les juifs. La naturalisation avait été également proposée aux musulmans qui l’ont refusé car ils n’entendaient pas abandonner leur droit coutumier…

Les oulémas n’en voulaient pas mais cela aurait pu être rectifié, comme le proposait l’armée française. Les officiers des affaires indigènes qui tenaient le bled au moment du décret Crémieux avaient signalé à leur hiérarchie que le fait de n’accorder la nationalité française qu’aux juifs passait très mal auprès de la population. Ce décret a été rédigé à la va-vite alors que le gouvernement s’était exilé en province, Paris étant encerclée par l’armée prussienne. La France a eu des torts à ce moment-là mais n’a certainement pas eu tous les torts. L’autre jour, Enrico Macias a déclaré qu’en Algérie, les Pieds-noirs et les Arabes ne s’entendaient pas mais que Juifs et Arabes s’entendaient à merveille. Mais à Constantine, tous les quinze ans, les Arabes descendaient sur le quartier juif et tuaient des centaines de gens ! Parce que les juifs prêtaient de l’argent aux paysans arabes sur leurs futures récoltes. Parmi les Pieds-noirs, mon ami Jacques Casanova, dont le père a été découpé en morceaux par le FLN, avait des parents qui s’occupaient de tous les miséreux du coin sans discrimination. Ce ne sont pas des Arabes du coin mais des miliciens FLN venus d’ailleurs qui l’ont assassiné. En général, les musulmans préféraient travailler pour des patrons pieds-noirs qui les traitaient et les payaient bien mieux que leurs coreligionnaires.

La France aurait-elle pu rectifier le tir a posteriori en faisant des Algériens musulmans des citoyens de pleins droits ?

Cela aurait été possible au grand moment de l’Algérie française. « La colonie » était sur le point de devenir des départements français à part entière. Tous les chefs arabes anti-occidentaux qui débarquaient à Alger s’extasiaient devant les villes d’Algérie construites par la France, riches comme aucun pays arabe. En maintenant l’Algérie et le Sahara français, nous aurions préservé la paix dans toute l’Afrique noire. L’immigration ne serait pas partie de l’Algérie vers l’Europe mais de l’Europe vers l’Algérie. Il y avait moyen de bâtir une Afrique française, avec des grands projets. Au lieu de cela, le Sahara est devenu la base terroriste du monde entier.

Votre rêve d’une Algérie restée française relève de la géopolitique-fiction. Comme l’a compris De Gaulle, le sens de l’histoire rendait sans doute la décolonisation inéluctable, malgré la victoire militaire de l’armée française en Algérie…

De Gaulle a peut-être cru pouvoir garder le Sahara algérien entre les mains de la France mais le chancelier Adenauer l’a incité à devenir le patron de la troisième force entre les Etats-Unis et l’URSS. Pour que la France rassemble tous les pays émergents, sur les conseils d’Adenauer, la France devait brader l’Algérie, voire se séparer des Dom-Tom. Si De Gaulle laissait le drapeau français flotter sur la moindre parcelle de territoire habitée par des gens bronzés, il ne pourrait pas diriger le bloc du Tiers-Monde, lui expliquaient en substance Adenauer et bien d’autres. De Gaulle y a cru. À sa décharge, c’était peut-être un argument recevable. Il faut néanmoins savoir que le Sahara n’a jamais été algérien. Le gaz et le pétrole, c’est l’explorateur Conrad Killian qui les a découverts et y a planté le drapeau de la France. Le Sahara était donc français en vertu d’une règle internationalement reconnue.

En fin de compte, l’Algérie a été conquise en 1830 mais le traumatisme colonial demeure.

Quand Emmanuel Macron fustige  à Alger « la terreur » de la colonisation, il faut lui rappeler que tout cela s’est fait il y a deux cents ans ! Et la France est intervenue en Algérie parce que l’Europe entière – et même l’Amérique – le lui demandaient pour mettre fin aux attaques des barbaresques, qui assaillaient non seulement les navires dans toute la Méditerranée, razziant hommes, femmes et enfants, mais aussi sur les côtes de tous les pays riverains. Qui se souvient encore de la guerre entre les Etats-Unis d’Amérique et le Bey d’Alger ? A quatre reprises, la marine américaine a bombardé Alger alors que les Etats-Unis venaient de naître. De nos jours, si la guerre mémorielle continue, c’est uniquement dû au président Bouteflika qui attise les flammes pour de basses raisons de politique intérieure !

 

Source: http://www.causeur.fr/roger-holeindre-fn-le-pen-algerie-immigration-43602.html

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen en soutien au Parti de la France à Amiens

27 Mars 2017, 13:50pm

Publié par Nicolas Bretagne

Jean-Marie Le Pen en soutien au Parti de la France à Amiens

Hôte de marque ce samedi pour le Parti de la France. Le parti d’extrême droite fondé par Carl Lang, recevait à Amiens le fondateur du Front national. Jean-Marie Le Pen est venu assurer l’aile très à droite des nationalistes de son soutien pour les législatives. La rencontre a été ponctuée par un déjeuner pris au Resto à Rivery, 170 personnes étaient attendues pour ce repas « patriotique » en forme de meeting.

Après plusieurs mois de préparation, le Parti de la France de Carl Lang, les « Comités Jeanne » de Jean-Marie le Pen et l’association catholique intégriste Civitas devenue parti, lancent ensemble des candidats aux prochaines élections législatives.

 

Source: http://www.courrier-picard.fr/19554/article/2017-03-25/jean-marie-le-pen-en-soutien-au-parti-de-la-france-amiens#

Voir les commentaires

Carl Lang : « Les candidats à la Présidentielle sont tous islamiquement corrects et islamiquement compatibles »

22 Mars 2017, 18:27pm

Publié par Nicolas Bretagne

Carl Lang : « Les candidats à la Présidentielle sont tous islamiquement corrects et islamiquement compatibles »

Entretien de Carl Lang avec Pierre Cassen de Riposte Laïque. Si le président du Parti de la France ne se présente pas à cette élection, ça ne signifie pas qu’il n’en pense rien…

Riposte Laïque : Comment le président du Parti de la France juge-t-il l’élection présidentielle française, ses multiples rebondissements, à six semaines du premier tour ?

Carl Lang : En premier lieu, je tiens à vous remercier de me permettre d’exprimer mon point de vue dans vos colonnes et à vous apporter mon soutien pour votre engagement persévérant et courageux de résistance à l’islamisation de la France.

Concernant cette campagne présidentielle un peu folle, elle est la résultante de plusieurs surprises. Tout d’abord, à droite, le schéma initial et programmé par la nomenklatura médiatique appuyée par les instituts de sondages était la candidature d’Alain Juppé. Il se trouve que malgré une participation active d’une partie de la gauche en faveur d’Alain Juppé, les électeurs de la primaire de la droite et du centre ont déjoué tous les pronostics et assuré la victoire surprise de François Fillon. Voilà ce qui peut se passer lorsqu’on laisse la parole au peuple : il arrive que le pays réel se rebelle contre la caste médiatique et le pays virtuel. Ce résultat fut une très mauvaise surprise pour les maîtres et gourous de la république « d’en haut », celle qui méprise et déteste la France « d’en bas ». Juppé était en effet, au centre droit de l’échiquier, l’homme choisi par les réseaux mondialistes.

A gauche, la surprise est venue de la non candidature à sa réélection de François Hollande qui a ainsi laissé une partie de la gauche gouvernementale en état de choc. Par ailleurs, malgré sa morgue habituelle et son ambition frénétique, le calamiteux bilan gouvernemental n’a pas permis à l’ancien Premier ministre Manuel Valls de s’imposer à la primaire de la gauche. Résultat : il n’y a plus personne pour défendre le bilan du quinquennat socialiste et le PS se divise entre le frondeur Hamon et le lâcheur Macron, eux-mêmes concurrencés par l’agitateur agité, Mélenchon.

Dans cette bataille à gauche la nomenklatura médiatique et les réseaux qui la contrôlent ont fait clairement le choix d’Emmanuel Macron. Il incarne parfaitement leur rêve de nouvelle société philosophiquement et économiquement ultra-libérale, mondialiste, cosmopolite et antinationale.

Pour résumer, la caste dominante avait au départ deux cordes à son arc ; une de centre droit avec Juppé et une de centre gauche avec Macron. Il ne reste plus dans la course que Macron. L’étape suivante du scénario consiste donc à assurer son élection en éliminant le concurrent qui est pour lui le plus dangereux au deuxième tour de l’élection présidentielle, c’est-à-dire François Fillon.

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy qui a fourni lui-même un certain nombre de bâtons pour se faire battre avec le contrat de son épouse a de surcroît fait une déclaration qui le condamne au lynchage politico- médiatico- judiciaire : il a déclaré qu’il était « gaulliste et chrétien ». Nous avons tous bien compris que ce n’était pas son gaullisme qui posait problème… Par ailleurs, il se trouve qu’il n’est pas un ennemi de Poutine. Cela fait beaucoup et fait de lui l’homme politique à abattre.

Fillon est donc devenu, pour des raisons politiques, géopolitiques et tactiques la principale cible de ceux qui veulent la victoire de Macron. Il me parait clair que l’Elysée est directement à la manœuvre dans cette affaire. Comment expliquer autrement toutes les fuites et l’extraordinaire célérité du parquet financier qui, 48 heures après l’article du Canard enchaîné auditionnait les premiers témoins. Quelle remarquable efficacité !

Grâce à cette stratégie, la gauche social-libérale espère réussir le tour de force de rester au pouvoir et ce malgré le renoncement du président sortant et son fiasco gouvernemental. Ce serait ainsi leur divine surprise.

Pour le reste, nous assistons à une surenchère dans la démagogie électoraliste comme si la situation économique, démographique, financière et sociale de la France était celle de 1960. Je trouve cette démagogie lamentable et honteuse car, au bout du compte, ce sont toujours les Français qui en font les frais. Quant aux enjeux de civilisation et au processus révolutionnaire et politique d’islamisation de la France, c’est un sujet tabou. Afin de rester médiatiquement compatibles, tous ces gens répètent à l’envi que l’islam est compatible avec la République et que l’islamisme n’a, bien sûr, rien à voir avec l’islam. L’internationale révolutionnaire islamique n’a donc rien à craindre de la campagne présidentielle française. Les candidats et candidates sont tous islamiquement corrects et islamiquement compatibles.

 

Riposte Laïque : Contrairement à d’autres petits candidats, comme le Général Tauzin, Jacques Nikonoff, Renaud Camus et quelques autres, vous n’avez jamais affirmé vouloir postuler à cette présidentielle, pour faire parler de vous, quitte à renoncer au dernier moment.  Pourquoi ?

Carl Lang : Afin d’avoir une chance d’obtenir les 500 parrainages nécessaires à une candidature présidentielle, il aurait fallu engager quelques centaines de milliers d’euros, somme, dont ne dispose pas le Parti de la France. Nous avons donc décidé d’utiliser les moyens financiers du Parti de la France dans le cadre des élections législatives de Juin. Je rappelle que le Parti de la France ne bénéficie pas de financement public et que nous menons campagne grâce aux soutiens financiers de nos adhérents et de nos donateurs.

Je préside une organisation politique de résistance nationale qui se doit « d’être et durer ». Sans organisation il n’y a pas de résistance possible. La participation électorale n’est pour nous qu’un moyen d’action, un instant au service d’un engagement politique plus large qui doit impérativement s’inscrire dans la durée. Nous n’engageons dans les batailles électorales que les moyens dont nous disposons.

Riposte Laïque : Le Parti de la France, que vous présidez, a la réputation d’avoir la dent très dure contre l’évolution du Front national, et sa présidente. Pourtant, à ce jour, le FN est en tête dans les sondages. Pensez-vous, comme d’autres composantes de la mouvance patriotiques, qu’il y a une chance historique, et qu’il faut, le temps de cette présidentielle, ne pas la gâcher par des critiques qui seraient contre-productives ?

Carl Lang : Il n’est un secret pour personne que je suis en désaccord politique et stratégique avec ce que je considère être une dérive du Front national. L’exclusion de Jean-Marie Le Pen par sa fille a par ailleurs été une ignominie humaine et une infamie politique. Elle a offert au système la tête de Jean-Marie Le Pen en gage d’allégeance afin de marquer publiquement sa rupture avec ce que fut le Front national.

Au-delà du parricide politique et du reniement de 40 années de combat politique des militants du FN historique, la quête effrénée de normalisation médiatique de Madame Le Pen, ses reculades idéologiques et la soi-disant dédiabolisation ne servent qu’à donner raison à ceux qui ont toujours combattu le courant national.

Lorsqu’on abandonne ses principes et ses convictions, les victoires électorales elles même deviennent des défaites politiques. La victoire aux Etats-Unis de Donald Trump est le contre-exemple parfait de la stratégie de Marine Le Pen.

Il n’y aura pas de candidat incarnant la droite nationale à cette élection présidentielle et madame Le Pen n’aura ainsi aucune concurrence émanant du courant national. Elle est donc en parfaite situation de monopole pour mener sa campagne électorale. Par ailleurs elle bénéficie, comme nous l’avons vu, d’un contexte politique exceptionnellement favorable pour elle. On peut même considérer objectivement que les conditions historiques que nous connaissons ont un caractère unique. Ainsi, elle ne pourra pas dire que la droite nationale et le Parti de la France lui mettent des bâtons dans les roues. Elle est seule en course. Par ailleurs, ni de près ni de loin, elle ne réclame ni ne souhaite notre soutien pas plus que celui de son père.

 

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur la candidature Fillon ? Votre parti donnera-t-il des consignes aux électeurs, pour le premier tour ?

Carl Lang : Au moment où nous réalisons cet entretien la candidature Fillon se réduit à un lynchage médiatique. Avec l’affaire de ses costumes et du paiement du mariage de sa fille nous sommes arrivés au degré zéro du débat politique. A ce stade la principale qualité de François Fillon a été de nous débarrasser d’Alain Juppé.

Concernant le premier tour, les valeurs de la droite nationale n’étant pas représentées, le Parti de la France ne donne aucune consigne et laissera ainsi une totale liberté de vote à ses militants.

Riposte Laïque : Une victoire de Macron vous paraît-elle possible, et vous inquiète-t-elle ?

Carl Lang : L’élection de Macron est dans le contexte politique et médiatique actuel devenue possible. Sa candidature est une sorte de mélange de gauche social-démocrate et social-libérale, de cosmopolitisme et d’affairisme mondialiste.

Ses déclarations sur le fait que la présence française en Algérie ait été « un crime contre l’humanité », résume bien le positionnement idéologique du personnage. Je trouve par ailleurs que son côté gourou illuminé qui apparaît parfois est assez inquiétant.

Au deuxième tour de l’élection et dans tous les cas de figures, j’appellerai à faire barrage à Macron comme à tout autre candidat de gauche si un tel scénario se présente. C’est la stratégie électorale habituelle du Parti de la France. Je n’ai jamais été un adepte de la politique du pire et je considère que rien n’est pire pour la France que l’idéologie antinationale de la gauche.

Riposte Laïque : Quelle sera votre attitude pour les élections législatives ? Avec qui ferez-vous alliance, et combien présenterez-vous de candidats ?

Carl Lang : Dans le cadre des élections législatives de juin prochain, nous avons établi un partenariat politique et électoral avec les Comités Jeanne présidés par Jean-Marie Le Pen et Civitas. Le Parti de la France présentera 80 à 100 candidats et avec nos partenaires nous serons présents, je l’espère, dans plus de 200 circonscriptions.

Le Parti de la France mènera campagne à cette occasion pour la défense de l’identité française et de nos valeurs européennes de civilisation et contre la colonisation migratoire et l’islamisation de la France. La France n’est pas terre d’islam !

 

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Toutes les forces nationales et identitaires d'Occitanie rassemblées à Montpellier autour de Jean-Marie Le Pen.

23 Janvier 2017, 15:52pm

Publié par Nicolas Bretagne

Toutes les forces nationales et identitaires d'Occitanie rassemblées à Montpellier autour de Jean-Marie Le Pen.

Les forces nationales et identitaires d'Occitanie se sont retrouvées nombreuses samedi soir à Palavas-les-Flôts, près de Montpellier, à l'invitation du Comité Jeanne de l'Hérault autour de Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du Front national. Plus de 700 personnes s'étaient en effet inscrites pour le banquet et beaucoup d'autres sont venues écouter les intervenants. 

Il faut dire que la grande famille nationaliste était (presque) au complet puisque se sont succédés à la tribune les responsables des principales organisations patriotiques.

Ce fut d'abord, Stéphane Goepfert, Président du comité régional, qui fit un discours de bienvenue, puis se succédèrent : Lorrain de Sainte Affrique, Secrétaire général des Comités Jeanne, présenta son association aux multiples comités locaux, suivirent le délégué de Riposte laïque qui lu un message de Pierre Cassen, Président de cette courageuse organisation, retenu en Région parisienne ; Hocine Kader, émouvant représentant de la communauté Harquis très implantée dans la région rappela le sort peu enviable qui fut infligé aux siens par la Ve République ; Olivier Roudier, le dynamique animateur de la Ligue du Midi qui a largement contribué au succès de cette belle réunion ; Roland Hélie, au nom de Synthèse nationale, se félicita de voir se perpétuer ici, en terre languedocienne, l'esprit unitaire de notre dixième journée du 2 octobre dernier à Rungis cliquez ici, Pierre Vial, Président de Terre et peuple, fit une magnifique intervention avec la talent que nous lui connaissons et que nous apprécions ; Carl Lang, Président du Parti de la France, prouva avec brio que l'avenir de la droite nationale, sociale et populaire, au-delà des chimères momentanées de ceux qui veulent l'édulcorer de ses fondamentaux, est bien assuré.

Il revenait à Jean-Marie Le Pen, ovationné par la foule, de conclure ce meeting en redonnant l'espoir aux patriotes désorientés par les dérives des mauvais bergers qui sont sensés les représenter. Fidèle aux traditions, le fondateur du FN appela les Français à se retrouver nombreux le 1er mai prochain à Paris pour honorer Jeanne d'Arc. C'est à cette occasion qu'il donnera ses consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle.

Un peu avant minuit la soirée, admirablement encadrée par les Mousquetaires du Président et par le SEP (le service d'ordre du Parti de la France), se termina sans incident et chacun repartit avec le sentiment d'avoir assisté à un événement majeur pour notre famille politique. Aux législatives de juin prochain les nationalistes authentiques rassemblés seront présents dans de nombreuses circonscriptions, donnant ainsi à la France non reniée l'occasion de dire haut et fort sa volonté de renaître.

 

Source: Synthèse nationale

Voir les commentaires