Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

Repas patriotique avec Carl Lang à Brive (19) samedi 19 novembre

31 Octobre 2016, 20:05pm

Publié par Nicolas Bretagne

Repas patriotique avec Carl Lang à Brive (19) samedi 19 novembre

Carl Lang, Président du Parti de la France, sera en Corrèze à Brive, le samedi 19 novembre 2016 à 12h pour un déjeuner patriotique. Le prix du repas est fixé à 15 euros (apéritif compris). Les réservations sont obligatoires et doivent se réaliser au 06.18.44.78.64.

Seront également présents et interviendront ce même jour :
- Daniel Ponthier, candidat aux prochaines législatives sous les couleurs du Parti de la France
- Nicolas Goas, Délégué national des Étudiants du PdF

 

Source : Blog de Thomas Joly (Parti de la France)

Voir les commentaires

Éducation nationale et OMS d’accord pour… une partouze à la maternelle ?

31 Octobre 2016, 20:02pm

Publié par Nicolas Bretagne

Éducation nationale et OMS d’accord pour… une partouze à la maternelle ?

Non, ce n’est pas le titre d’un film porno. Voici les faits : le réseau Canopé, organisme Théodule de l’Éducation nationale, diffuse comme outil pédagogique une brochure de l’Organisation mondiale de la santé disponible ici [PDF] et traitant de « Standards pour l’éducation sexuelle ».

En page 38, pour la tranche d’âge des 0 à 4 ans, il y est mentionné que l’enfant doit recevoir une information sur « le plaisir et la satisfaction liés au toucher de son propre corps, la masturbation enfantine précoce et la découverte de son propre corps et de ses parties génitales ». Les compétences visées étant que l’enfant puisse « devenir conscient de son identité sexuelle ; parler des sensations (dés)agréables dans son propre corps ; exprimer ses propres besoins, désirs et limites, par exemple en “jouant au docteur” ». Notons que l’acquisition de ces compétences implique un nécessaire passage à l’acte. En groupe ?

Encore une fois, il convient de dénoncer avec la plus grande vigueur (même si cette expression est galvaudée du fait de son utilisation récurrente par des ministres inopérants) l’intrusion de l’État dans le domaine de l’intime.

L’idéologie sous-jacente n’est même pas camouflée : déposséder les familles des tâches éducatives. Les régimes totalitaires ont toujours tenté de soustraire, par tous les moyens, les enfants à l’influence des familles pour en faire leurs choses. La République actuelle ne fait pas autre chose.

Ce document émane de l’OMS ? La belle affaire ! Les machins onusiens ne bénéficient pas d’une infaillibilité pontificale ou autre, il n’est que de voir le négationnisme de certaines décisions de l’UNESCO pour s’en convaincre. L’OMS est, semble-t-il, noyautée par certains lobbies, mais chut ! Le dire est sans doute trop polémique.

Il existe un article 227-22 dans notre Code pénal qui réprime la corruption de mineur. Commis en bande organisée et/ou envers un mineur de moins de 15 ans, la sanction est de 10 ans de prison et un million d’euros d’amende.

Est-il un procureur doté d’un peu de courage en France, au moins assez pour assumer le statut de magistrat et l’indépendance qu’il devrait impliquer pour se retourner contre des services de l’État, malgré la caporalisation du parquet ? Est-il un député capable de porter le fer avec assez de détermination pour demander à traduire les in fine responsables (mais sans doute pas coupables) devant la Haute Cour ? Je suggère deux ministres : celui de l’Éducation nationale au premier chef, diffuseur de cette brochure, et celui du Quai d’Orsay, qui laisse des instances onusiennes commettre de tels délires sans que la France en claque la porte avec la virulence voulue.

 

Rémy Mahoudeaux

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Airbnb va faire signer à ses loueurs une charte anti-discrimination sous peine d'exclusion

31 Octobre 2016, 19:57pm

Publié par Nicolas Bretagne

Airbnb va faire signer à ses loueurs une charte anti-discrimination sous peine d'exclusion

Voici la charte : « J’accepte de traiter tous les membres de la communauté Airbnb avec respect, sans préjugé et sans distinction de race, religion, origine nationale, origine ethnique, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle, ou âge. »

Et en cas de refus de signer : « Si vous choisissez de le refuser, vous ne pourrez plus héberger de voyageurs ni réserver sur Airbnb, et vous aurez la possibilité d’annuler votre compte. »

Bref, si vous espériez pouvoir éviter de louer à des étrangers que vous soupçonnez indélicats, ce n'est plus possible...

 

Source : http://www.fdesouche.com/783409-airbnb-fera-signer-ses-loueurs-une-charte-anti-discrimination

Voir les commentaires

Cazeneuve se lancera-t-il dans une nouvelle bataille de Stalingrad ?

31 Octobre 2016, 09:16am

Publié par Nicolas Bretagne

Cazeneuve se lancera-t-il dans une nouvelle bataille de Stalingrad ?

Nos dirigeants comprennent-ils les bases de l’économie ? On peut se le demander tant ils semblent entretenir volontairement la confusion entre les notions de « flux » et de « stock ». Quand ils débattent des « migrants », ils indiquent que leur nombre est relativement réduit. Ils seraient « à peine » dix mille à devoir être répartis sur le territoire national consécutivement au démantèlement de la « jungle de Calais ».

Effectivement, rapportés à la population française dans son ensemble, ces 10.000 « migrants » ne sont qu’une goutte d’eau. Problème, le flux d’étrangers qui arrivent en France chaque année est beaucoup plus important et les « stocks » d’immigrés non assimilés sont colossaux. Étant entendu par ailleurs que l’incapacité de l’État à expulser les clandestins envoie un message dramatique aux candidats à l’exil qui seront toujours plus nombreux demain.

Conséquence directe de cette confusion dans la gestion des flux migratoires, les « migrants » s’entassent dans la capitale, certains quartiers parisiens se transformant progressivement en petits Calais à ciel ouvert au grand dam de la population. Cette semaine, entre 2.000 et 2.500 « migrants », principalement des hommes seuls d’origine africaine, se sont installés au nord-est de Paris dans un nouveau campement.

Un de plus, diront les riverains à bout de nerfs… Théâtre de multiples déprédations causées par ces nouveaux « résidents », le quartier Stalingrad-Curial dans le 19e était pourtant déjà sinistré depuis de nombreuses années par la toxicomanie, l’immigration massive et plus généralement l’insécurité. Les pouvoirs publics laissent donc les Parisiens les plus précaires affronter une nouvelle menace pour leur mode de vie.

Tous les jours, de nouveaux « migrants » débarquent, augmentant les « stocks » de populations immigrées. Campements sauvages illégaux, tapages nocturnes et batailles rangées à l’arme blanche entre bandes sont dorénavant le quotidien des habitants du 19e arrondissement. Un agent d’entretien de la mairie de Paris témoignait au Figaro des nuisances provoquées par ces invités indésirables :

C’est de pire en pire. On balaye, on aspire et on lave tous les jours. On leur donne des bacs pour qu’ils mettent leurs ordures, mais ils ne les respectent pas.

Dépassé par la situation, le ministre de l’Intérieur a d’abord nié, déclarant que l’afflux supplémentaire de « migrants » n’était pas uniquement dû au démantèlement de la « jungle de Calais ». La belle affaire… Peu importe comment ils sont arrivés, le problème est qu’ils y sont. Ils seront d’ailleurs de plus en plus nombreux puisque l’État ne manifeste pas l’envie de les expulser. Bernard Cazeneuve refusera de livrer la bataille de Stalingrad par lâcheté. Paris, comme le reste de la France, sera donc en état de siège pour de très longues années.

Les difficultés d’existence ne cesseront de s’aggraver. Les « migrants » posent des problèmes sanitaires (réapparition de maladies disparues à l’image de la tuberculose ou de typhoïde), des problèmes sécuritaires, des problèmes économiques (baisse du chiffre d’affaires des petits commerces, particulièrement de bouche) et, peut-être plus important, un problème moral car on leur a tout permis quand les Français perdent chaque année des points de qualité de vie. Une seule lueur d’espoir se fait jour : Calais a prouvé qu’il était techniquement possible de déplacer en peu de temps des milliers d’individus. Espérons que demain, ils soient déplacés vers les ports et les aéroports nationaux en vue de leur retour au pays.

 

Gabriel Robin

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Lavage de cerveau en 3e : un enseignant illustre le fascisme par Robert Ménard

31 Octobre 2016, 09:02am

Publié par Nicolas Bretagne

Lavage de cerveau en 3e : un enseignant illustre le fascisme par Robert Ménard

Le torchon est signé Jean-Riad Kechaou et publié sur le site gauchiste Politis qui héberge son blog « Un prof sur le front ». On pourrait penser au récit-confession d’un enseignant en souffrance, déprimé par le naufrage de l’Éducation nationale et débordé par les sauvageons qu’elle crée. Mais M. Kechaou est un enseignant heureux, et un valeureux héros en guerre contre… Robert Ménard !

Robert Ménard y est familièrement tutoyé et délicieusement affublé du surnom de Bébert car « on ne peut ni t’appeler Monsieur le maire, ni par ton prénom, ce serait trop respectueux », alors que « Bébert c’est bien, dans mon imaginaire ça me renvoie au gars qui boit son petit blanc à 9h du mat’ au comptoir du bar PMU et qui refait le monde à sa sauce très alcoolisée ». Ça commence mal, le maire de Béziers ne buvant pas une goutte d’alcool. Mais vous connaissez le dicton « qui veut tuer son chien… ». Et comme le taxer d’alcoolique ne suffit pas, M. Kechaou passe à l’étape supérieure en accusant Robert Ménard de fascisme, et l’assimile à « un petit caudillo (proximité de l’Espagne oblige, mais petit führer, ça marche aussi) ».

M. Kechaou raconte comment « la campagne anti-migrants affichée dans toute la ville de Béziers à la demande de Robert Ménard fut l’occasion de faire un petit cours improvisé avec [ses] élèves de troisième. » Un « petit cours improvisé » requérant une grande maîtrise du sujet, tout porte à croire que M. Kechaou n’en est pas à sa première « campagne » pro-migrants. Or, s’il est bien sûr libre de ses opinions, il est censé, dans le cadre de ses fonctions, respecter « le principe de neutralité politique » que la loi impose à tous les enseignants. Gageons néanmoins que si Najat était saisie, M. Kechaou n’aurait probablement rien à craindre ou même, peut-être, serait félicité, qui sait ? Car la part belle faite par le ministère Najat à une prétendue « éducation morale et civique » ouvre le champ à l’étalage des idées… pourvu qu’elles soient dans l’orthodoxie gouvernementale. Ce « petit cours », dont M. Kechaou retranscrit l’affligeant verbatim, est en effet loin d’être neutre, et il s’en vante : « Le contexte s’y prêtait bien, on débutait le cours sur les démocraties fragilisées dans les années 30 et les expériences totalitaires en URSS et en Allemagne. »

Au très classique et attendu :

Moi : Cette capuche pour assimiler les migrants à des voyous ? Vous en pensez quoi ?

• Un élève : C’est du racisme !

Succède une question plus étrange, et révélatrice de la mauvaise foi de l’enseignant :

Moi : Essayons d’aller plus loin, quelle peut être aussi l’autre signification de l’affiche ? Concentrez-vous sur la phrase en bas (« Les migrants dans notre centre-ville ! ») et oublions que ce sont des migrants, ça pourrait être qui d’autres ? (sic)

Inviter les élèves à lire sur une affiche ce qui n’y est pas écrit, c’est parfois ouvrir leur esprit critique, mais les forcer à y lire le contraire de ce qui y est écrit, cela s’appelle… ?

M.Kechaou ne pose évidemment pas cette question, mais il y répond indirectement, pris à son propre piège :

Moi : […] Quel type d’affiche c’est ?
• Un élève : Une affiche qui veut manipuler les habitants.
• Moi : Une affiche qui veut manipuler les habitants, c’est… ?
• Des élèves : De la propagande !
• Moi : On pourrait raccorder cette propagande à quel type de régime alors ?
• Un élève : Une dictature !

C.Q.F.D.

Toutefois, notre excellent pédagogue a parfaitement raison lorsqu’il termine ainsi son cours : « Parfois, la propagande peut se retourner contre celui qui l’a initié » (sic) !

 

Christine Célérier

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La Grande-Bretagne et le Brexit : pour l’instant, c’est « tout bénef »

30 Octobre 2016, 17:14pm

Publié par Nicolas Bretagne

La Grande-Bretagne et le Brexit : pour l’instant, c’est « tout bénef »

À la stupeur de (presque) tous les politiques et autres sondeurs et analystes avisés, les Britanniques votaient le 23 juin dernier la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne à 51,9 % de majorité.

On avait joué à se faire peur – David Cameron le premier –, mais sans y croire vraiment. Une petite chaleur, un coup pour voir, en somme. Sauf qu’ils ont vu. « L’élite » a bien tenté de faire comme si, pétitionné pour qu’on ne tienne pas compte des résultats, laissé planer l’idée qu’on pourrait revoter… Espéré qu’on allait laisser pourrir et passer à autre chose : le bon peuple n’a pas de mémoire, c’est connu. Il n’y a qu’à demander à Sarkozy, l’amoureux transi des référendums : si le résultat ne va pas dans votre sens, oubliez-le !

Puis Cameron est parti, Theresa May est arrivée avec son ministre spécial Brexit et il semblerait qu’on s’achemine à pas lents vers la sortie effective des Anglais de l’Union européenne, dans laquelle ils n’étaient d’ailleurs jamais vraiment entrés, si ce n’est pour en tirer profit. Preuve qu’ils sont moins bêtes que les autres.

Depuis ce 23 juin 2016, la livre sterling n’a cessé de chuter : 20 % en 4 mois, dont 6 % encore au début d’octobre. Cris d’orfraie des bien-pensants qui pointent le renchérissement des produits de consommation. Certes, mais la dévaluation a aussi des effets positifs. Elle présente même « de nombreux avantages », dit le ministre du Brexit, David Davis.

Déjà, le pays a vu les touristes affluer cet été, et les exportateurs se taillent des parts de marché qu’ils n’espéraient plus.

Même Mervyn King, l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, s’en réjouissait dans les colonnes du Monde Économie (13/10) : « La chute de la livre est un changement bienvenu. Je me rappelle qu’avant le référendum, quelqu’un a dit : le danger du Brexit est de se retrouver avec des taux d’intérêt plus élevés, des prix immobiliers plus bas et un taux de change plus bas. Je me suis dit : ce serait le rêve. Ça fait trois ans qu’on essaie d’obtenir ça. »

Un bon moyen, selon lui, de rééquilibrer l’économie du pays.

Mais il y a mieux encore, car la dévaluation, c’est le « double effet Kiss Cool ». On apprenait ainsi, ce matin sur RTL, que la dévaluation de la livre a déjà entraîné, pour l’Union européenne, un manque à gagner de 1,8 milliard d’euros. Simple à comprendre : la Grande-Bretagne continue de verser sa contribution, d’un montant inchangé, en livres sterling : « Elle verse toujours autant d’argent mais ça ne vaut plus grand-chose. Les financiers ont calculé ce manque à gagner impressionnant : 1,8 milliard d’euros. Le paradoxe, c’est que l’Europe, elle, donne toujours ses subventions en euros, même aux Anglais, et ces aides européennes transformées en livres sterling rapportent donc de plus en plus outre-Manche. »

Et voilà Margaret Thatcher exaucée au-delà de ses espérances. Elle qui, dans les années 80, ne cessait de réclamer « I want my money back » aura obtenu gain de cause, et même mieux encore. Conclusion : « À l’heure de quitter l’Europe, la Grande-Bretagne n’aura jamais été aussi bien servie. » On comprend, dès lors, qu’ils ne se pressent pas trop…

 

Marie Delarue

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Sarkhollande : les mêmes sur le fond et sur la forme

30 Octobre 2016, 12:28pm

Publié par Nicolas Bretagne

Sarkhollande : les mêmes sur le fond et sur la forme

Les derniers militants de droite encore séduits par Nicolas Sarkozy finiront-ils, un jour, par ouvrir les yeux sur la nature de ce personnage aussi égocentrique que changeant ? Nicolas Sarkozy est le jumeau politique de François Hollande, ayant tout autant contribué à l’affaiblissement de la fonction présidentielle que son successeur socialiste. Son bilan en témoigne, comme le rapporte Patrick Buisson dans La Cause du peuple à propos de la politique d’immigration poursuivie sous le quinquennat du Neuilléen : « Proportionnellement, le bilan de la droite au pouvoir attestait d’un plus grand laxisme que celui de la gauche. À ceci près que l’opinion resta dans l’ignorance la plus totale du processus en cours […] »

Difficile de mettre en doute la parole de Patrick Buisson, placé aux premières loges pour assister à la faillite morale d’un Président qui avait été élu grâce à la campagne la plus à droite de l’histoire de la Ve République, réveillant dans le cœur du peuple les mânes des grands ancêtres de la France historique et du pays réel. Sa gestion des affaires de l’État fut pourtant strictement similaire à celle menée par François Hollande depuis quatre ans et demi, communication mise à part.

Nicolas Sarkozy est une escroquerie totale. Un politicien soumis aux « médiagogues » sans colonne vertébrale idéologique, capable de dire blanc le lundi et noir le mardi parce qu’un sondage aura été publié entre-temps. Acquis intégralement à l’idée du mondialisme, il fit tout ce qui était en son pouvoir pour nous « faire bouffer de la diversité », son mépris pour le peuple n’étant égalé que par son aveuglement pour son épouse, adorée jusqu’à la bouffonnerie et plus écoutée que ses ministres les plus actifs…

Dans ces conditions, qui peut s’étonner du fait que Nicolas Sarkozy appellerait à voter François Hollande si ce dernier se retrouvait en duel contre Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles ? L’étonnement des supporters de Nicolas Sarkozy, qui comme de bien entendu haïssent François Hollande, est surprenant.

Ne connaissent-ils pas leur idole ? N’ont-ils pas constaté que ses déclarations les plus droitières finissaient toujours par être contredites par des choix politiques bien réels ?

Sarkozy n’a jamais compris ou aimé la France. Enfin, il aime une France d’après, dépouillée de ce qui faisait son identité profonde. Une France multiculturelle, américanisée, plurielle. Bien sûr, il est parfois difficile de s’y retrouver, tant l’homme est bon comédien. Sa grande force résidant, justement, dans sa capacité à nous faire croire qu’il pense, ne serait-ce que fugacement, ce qu’il dit. Un véritable premier prix d’interprétation masculine.

Nicolas Sarkozy n’aime vraiment qu’une seule chose : lui-même. Accro à l’adrénaline que lui procure le combat politique, il ne se bat pas pour des idéaux dont il est, par ailleurs, dépourvu. Sarkhollande, les deux faces d’une même pièce : le pourrissement des institutions par le haut.

 

Gabriel Robin

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Beschizza-Jallamion : le destin croisé de deux flics

30 Octobre 2016, 12:20pm

Publié par Nicolas Bretagne

Beschizza-Jallamion : le destin croisé de deux flics

Tout semble avoir déjà été dit sur le malaise de la police, mais c’est en partageant la vie des hommes que l’on saisit le mieux les situations politiques. Le destin croisé de deux flics (Bruno Beschizza et Sébastien Jallamion) est réel, mais il sonne comme une fable qui en dit bien plus qu’un long discours sur la crise policière et l’état de la République.

Bruno Beschizza est né en 1968 – un signe du destin, peut-être – dans une cité sensible de Montreuil. Grâce à ses indéniables qualités, il poursuit de bonnes études et réussit le concours d’officier de police en 1991. Dès 1993, il est élu représentant du syndicat de police Synergie Officiers, dont il prend la tête en 1998. On le verra, alors, plus fréquemment sur les plateaux de télévision – où il excelle – que sur le terrain, ce qui ne freinera en rien sa promotion : il franchit allègrement les grades de capitaine puis de commandant de police. En 2000, Bruno Beschizza est initié au Grand Orient avant de rejoindre, en 2008, une loge « de droite », la Grande Loge de France. Un bon choix, semble-t-il, puisque, dès 2010, Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse lui permettent d’être élu conseiller régional d’Île-de-France. Cerise sur le gâteau : monsieur Beschizza est nommé « sous-préfet hors cadre », ce qui lui permet de poursuivre sa carrière politique sans compromettre sa carrière de fonctionnaire. Désigné tête de liste pour les municipales de 2014, il emporte la mairie d’Aulnay-sous-Bois et, en 2015, il ajoute à sa casquette de maire celle de conseiller départemental de Seine-Saint-Denis.

Sébastien Jallamion, lui, est un homme de terrain : entré dans la police comme simple flic en 1996, il a notamment servi dans la BAC en Seine-Saint-Denis, dans la police de proximité aux Minguettes, puis au service judiciaire de nuit au sein de l’agglomération lyonnaise. Ses qualités personnelles et les concours internes lui permettent de franchir les grades jusqu’à celui de brigadier-chef. Pourtant, la vie de Sébastien Jallamion a basculé dans l’absurde et le drame au mois de septembre 2014.

Choqué par l’assassinat d’Hervé Gourdel par des djihadistes algériens, notre brigadier-chef publie, sur un compte Facebook anonyme, des photographies dénonçant le terrorisme islamiste. Étranger à tout amalgame, Sébastien Jallamion n’hésite pas à laisser des amis musulmans en destinataire de sa diatribe anti-islamiste. Mal lui en prit, puisqu’une de ses collègues le dénonça à sa hiérarchie et à la justice, lesquelles réagirent avec une extraordinaire célérité et sévérité : au mois d’avril 2015, il est condamné à 5.000 euros d’amende et, le 6 octobre, il est suspendu pour deux ans de la police nationale, sans traitement. On lui reproche, entre autres, d’avoir stigmatisé un imam qu’il présentait avec une cible sur le visage : l’imam en question était Al-Baghdadi, le leader de Daech !

En appel, il écope en plus d’une inscription au casier judiciaire et, de facto, d’une radiation définitive de la police. Dans les écoles de police, le cas Jallamion est désormais enseigné, à titre d’avertissement aux élèves-policiers. Mais ce n’est pas tout. Peu de temps après avoir révélé le nom de ses dénonciateurs, Sébastien Jallamion a été violemment agressé : 5 fractures du visage et 3 dents cassées, et encore, l’agression a été interrompue par l’intervention d’un automobiliste. Curieusement, l’enquête ne débuta que lorsqu’il fut en état d’aller porter lui-même plainte à sa sortie de l’hôpital, ce retard obérant par avance les résultats de l’enquête.

Un officier de police syndicaliste qui court les plateaux télé et les réunions politiques pour finir sous-préfet, maire et conseiller influent des Républicains d’un côté, et un brigadier-chef que sa hiérarchie, aidée du parquet, a assassiné socialement avant que des sauvages ne tentent de l’assassiner physiquement de l’autre : n’y a-t-il pas, là, comme une métaphore de ce qui sépare la base de la police et son sommet, la France des sans-dents et la France des salons feutrés ?

 

François Falcon

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

17 migrants africains agressent sexuellement deux Allemandes à Fribourg

30 Octobre 2016, 12:09pm

Publié par Nicolas Bretagne

17 migrants africains agressent sexuellement deux Allemandes à Fribourg

Deux femmes ont été agressées sexuellement par un groupe comptant jusqu’à 17 migrants, qui seraient des demandeurs d’asile. Les deux femmes, âgées de 21 et 29 ans, étaient dans le square d’une église à Fribourg, dans le sud-ouest de l’Allemagne, lorsque la horde de pervers les a attaquées. Trois Africains ont été arrêtés puis libérés sous caution pendant que l’enquête se poursuit.

Les hommes, décrits comme d’apparence africaine, ont encerclé leurs victimes avant de toucher leur poitrine et leurs parties génitales. Et quand un passant innocent a voulu aider les femmes, le gang l’a également attaqué.

Un porte-parole de la police a déclaré que « les hommes avaient touché les femmes d’une façon inappropriée sur leur estomac, leur poitrine et leurs parties génitales. Certains des hommes ont aussi essayé d’embrasser les femmes. Un homme qui a voulu aider les femmes a été attaqué physiquement par le groupe.« 

Les victimes traumatisées ont réussi à échapper à leurs agresseurs et à donner l’alerte. La police a accouru sur les lieux et a procédé à trois arrestations un peu plus tard. Les suspects, âgés de 17, 19 et 20 ans, sont des Gambiens arrivés en Allemagne entre novembre 2015 et février 2016, dont deux avaient vu leur demande d’asile rejetée.

 

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Poisson, plus plancton que requin

29 Octobre 2016, 21:07pm

Publié par Nicolas Bretagne

Poisson, plus plancton que requin

Les combats des personnalités de gauche contre les personnalités de droite sont d’une banalité navrante.

La droite fait une annonce, la gauche dénonce des propos en référence aux-heures-les-plus-sombres, la droite s’excuse en pleurant d’avoir réveillé la bête immonde, la gauche gagne. Bilan : personne n’a retenu la déclaration initiale (souvent vraie) et son auteur est devenu nauséabond.

Jean-Frédéric Poisson, la seule personnalité de droite dans les primaires qui s’annoncent, n’a pas fait exception. Après avoir énoncé une lapalissade dans une interview à Nice Matin, à savoir : « La proximité de madame Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France », le candidat malheureux s’est vu attaqué par le sympathique CRIF et la non moins sympathique Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM pour les intimes), le répertoire classique y est passé : « antisémitisme », « dérapage »

La première réaction du trublion était intéressante: il semblait balayer les allégations de ses adversaires d’un revers de la main. Mais, sous la pression de la Haute Autorité, seule à avoir le pouvoir de l’exclure de la primaire, il a décidé de se coucher, et même de ramper aux pieds de ses maîtres. Ce qui donne la communiqué suivant : « Je vois bien que les propos que j’ai prononcés ont provoqué de l’inquiétude et de la peur chez beaucoup de personnes membres de la communauté juive en France. J’en suis désolé. Je leur demande pardon pour ça. »

Parce que le CRIF serait représentatif de la population juive ? L’antisionisme serait-il donc intrinsèquement un antisémitisme ?

Le maniement du discours en public est désormais un jeu de démineur, tous les mots sont potentiellement minés et, chaque jour certains termes rejoignent la liste des interdits. La réduction du vocabulaire au strict minimum n’est pas sans rappeler la fameuse novlangue d’Orwell dont le but est d’empêcher, à terme, toute réflexion.

Poisson avait l’occasion de se muer en requin, de dénoncer ces pratiques politico-médiatiques odieuses. De prendre le peuple à témoin de la mascarade, à grand renfort de journaux avides de polémiques. Il aurait dû dire, tel Jésus lors de son procès : « Si j’ai mal parlé, explique-moi ce que j’ai dit de mal ; et si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? » Sa défense était pourtant simple : oui, il existe des lobbies sionistes aux États-Unis ; oui, madame Clinton s’y soumet. Peut-être la Haute Autorité serait-elle allée jusqu’à l’exclusion. Mais tout le monde aurait saisi la supercherie, le mythe démocratique aurait peut-être été démystifié et la popularité de Poisson aurait fait un bond. Il serait devenu victime.

La meilleure défense, c’est l’attaque, M. Poisson. Le paillasson est fait pour s’essuyer les pieds, pas pour remporter une élection.

 

Thomas Valmenier

 

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>