Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

Rennes. « Ce n’est pas par des Européens qu’on se fait harceler dans la rue » [Témoignage]

14 Mars 2017, 23:25pm

Publié par Nicolas Bretagne

Rennes. « Ce n’est pas par des Européens qu’on se fait harceler dans la rue » [Témoignage]

13/03/2017 – 10h00 Rennes (Breizh-Info.com) – Samedi 11 mars,  se tenait à Rennes une démonstration de militantes de l’association STOP harcèlement , qui avait établi une « Zone sans relou », place de la République.

Une initiative – visant à dénoncer le harcèlement sexiste, dans les transports en commun, dans la rue notamment – qui a plu à de nombreux badauds, présents en nombre en ce samedi après-midi ensoleillé.

 

Toutefois, Madeleine, Justine, Louna et leurs 2 amies – étudiantes à l’université de Rennes 1 qui sont allées apporter leur soutien symbolique à l’initiative avant d’aller faire du shopping et de venir nous apprendre que l’événement se tenait, regrettaient le « politiquement correct » de l’action.

 

« C’est bien de dénoncer le harcèlement. Tout le monde est d’accord là dessus aujourd’hui . Mais encore une fois, encore faut-il avoir le courage de dire d’où il vient la plupart du temps. Et moi, à Rennes, quand je me fais emm…ça n’est jamais par des Européens ou des Gaulois. Ou alors des vieux pervers bien glauques, mais pas chez les jeunes » nous dit Madeleine.

« Bien sûr, il y a du sexisme au sein de toutes les populations. Mais moi j’habitais à Paris l’an passé encore, et je n’ai jamais été ennuyée par un blanc ou par un noich (NDLR : chinois) dans la rue. Ce n’est pas le cas d’autres communautés. Après c’est vrai qu’au boulot, on peut aussi subir des remarques de tous …» enchérit Justine.

« De toute façon, tout le monde le sait. Mais ils n’osent pas le dire publiquement c’est tout. C’est le politiquement correct. Si on dit ça, on est limite stigmatisé alors que les filles harcelées, c’est bien nous.  

D’ailleurs, je suis bien placé pour en parler. Je suis maghrébine et j’en ai fait l’expérience » nous dit Louna. « Avec un petit voile sur la tête ou un symbole d’appartenance à leur communauté,  ça passe en général. Sans rien, on m’interpelle, comme les autres. Mais jamais par des Français non plus ».


Crédit Photo : HDR35 (photo publique page facebook)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Le reportage de Sofie Peeters, diffusé en 2014 par la télévision belge, fût d’ailleurs évocateur à ce sujet

Voir également ce reportage d’Envoyé Spécial

Commenter cet article