Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PDF JEUNES BRETAGNE

La Turquie dans l'UE, c'est NON, NON et NON !

21 Mars 2016, 20:20pm

Publié par Nicolas Bretagne

La Turquie dans l'UE, c'est NON, NON et NON !

Il est temps de réagir, d'ouvrir les yeux, de regarder une minute, un instant, comment agit le président français et l'union européenne.

Peut-on accepter un pays comme la Turquie au sein de l'UE ?

L’État est en train de vendre la France pendant que l'Union Européenne vend l'Europe.

Leur objectif est indiscutablement de remplacer nos peuples européens ! La fermeture des frontières nationales comme européennes ne doit pas être temporaire mais définitive et surtout imminente !

L'entrée de la Turquie, c'est l'arrivée massive de réfugiés peu importe la nationalité. Aucun pays n'aura le contrôle, la Grèce en est la parfaite démonstration. Sur les territoires, le danger sera présent continuellement puisque aucune mesure concrète ne sera prise ou il faudra pouvoir le constater. Un certain nombre présent en France a commis déjà de nombreux dégâts et nous en avons eu les conséquences il y a quelques mois ....

Ankara aura une aide de 3 milliards d'euros, cela est invraisemblable, scandaleux ! Ce n'est pas finit, l'union européenne ne compte pas s'arrêter là ... RÉAGISSONS !!!!!!

"Le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu avait de quoi pavoiser pour sa gestion brillante des négociations. Il a fait la démonstration de ce que doit être un grand politique au service de sa nation. Concrètement, en quoi consiste l’accord ? Déjà, la mise en place du principe du « un pour un », arrêté lors du premier sommet du 7 mars. La Turquie va sous-traiter pour l’Europe la crise des « migrants ». Comme l’a indiqué François Hollande : « Tout migrant ou réfugié qui se présente sera ramené en Turquie, mais dans le respect du droit, c’est-à-dire après examen personnel de sa situation. » Pour chaque migrant syrien réadmis, l’Europe s’engage à en réinstaller un autre sur son territoire.

Au-delà des difficultés techniques considérables que suppose ce mécanisme, il saute aux yeux qu’il s’agit tout simplement d’une arnaque. En outre, quid des « migrants » africains ? Quid des « faux réfugiés » ? Quid de la Grèce qui ne pourra pas servir de rempart, faute de moyens ? De nombreuses questions qui ont fait dire à un diplomate européen en marge du sommet que « personne n’est très fier de cet accord ».

Si le dispositif est mauvais, il est aussi très coûteux. Ankara percevra une aide de trois milliards d’euros, déjà promise. Mais l’Union européenne aux abois ne s’est pas arrêtée là, promettant 3 milliards d’euros supplémentaires. Jouissant de la première armée conventionnelle en Europe (hors Russie), la Turquie ne fera pourtant que faire ce qu’elle devrait théoriquement faire : surveiller sa frontière. À titre de comparaison, le budget 2015 de Frontex n’était que de 114 millions d’euros."

Source : Blog Thomas Joly (Parti de la France), lagauchematuer.fr

Commenter cet article